Arréter une hémorragie par compression locale

> > Arréter une hémorragie par compression locale ; écrit le: 6 décembre 2012 par imen modifié le 24 février 2015

Parfois, le sauveteur doit agir avant d’avoir effectué un bilan, lorsqu’il existe une hémorragie visible nécessitant une action rapide : la compression locale est presque toujours possible.

Le danger des hémorragies

  •   Il y a hémorragie externe lorsque le sang sort par une plaie; il y a hémorragie extériorisée lorsque le sang sort par un orifice naturel : nez, bouche (vomissemenl ou crachement), oreilles, anus, orifice urinaire, vagin (en dehors des règles). Ce sont les hémorragies visibles.
  •  L’hémorragie externe est un écoulement de sang abondant qui imbibe un mou­choir de toile ou de papier en quelques secondes. Elle doit systématiquement être recherchée chez un blessé car elle peut être masquée.
  •   Elle peut être due à une blessure ou à une maladie; elle est dangereuse par le volume de sang perdu et peut conduire à une détresse circulatoire. Il faut, dès que l’on a identifié l’hémorragie (« Je vois »), arrêter le saignement par une compres­sion manuelle directe (« J’appuie ») et allonger la victime (« J’allonge »).

La compression locale

  • Appuyer avec les doigts ou la main sur l’endroit qui saigne suffit dans la plupart des cas à arrêter l’hémorragie. Le sauveteur peut intercaler entre sa main et la plaie un tampon de tissu ou de papier (mouchoir plié, par exemple) ; il peut aussi, si l’hémorragie se trouve sur un membre, maintenir le tampon en place par un lien large (foulard, écharpe, cravate), réalisant ainsi un pansement compressif impro­visé. La compression locale doit être m
    aintenue jusqu’à l’arrivée des secours.
  •   Elle est impossible lorsqu’il existe dans la plaie un corps étranger (morceau de verre, de bois ou de métal, par exemple), que le sauveteur ne doit jamais retirer. Elle est impossible, parce que trop douloureuse, lorsque l’hémorragie accom­pagne la rupture d’un os (fracture ouverte). Enfin, elle est inefficace lorsque la plaie est inaccessible ou lorsque la position de la victime, la position du sauveteur ou l’environnement immédiat de l’accident empêche de la réaliser correctement. Il faudra alors assurer une compression à distance : point de compression, garrot.

 La surveillance

  •   Le critère d’efficacité d’une technique d’arrêt des hémorragies est l’arrêt du sai­gnement. Une compression locale bien faite est toujours efficace.
  • Si la perte de sang a été importante, il faut surélever les membres inférieurs par rapport au plan du sol, le reste du corps restant en position horizontale. On peut, pour cela, mettre un genou en terre et poser les jambes de la victime sur son autre genou plié, tout en les maintenant avec ses avant-bras repliés ou utiliser une chaise soit droite, si elle n’est pas trop haute, soit couchée, les jambes posées sur le dossier. Maintenir impérativement la position jusqu’à l’arrivée des secours.
  •   La même position sera adoptée, s’il existe une pâleur des lèvres ou si la fré­quence du pouls carotidien est supérieure à 130 pulsations par minute.

Vidéo : Arréter une hémorragie par compression locale

← Article précédent: Arréter une hémorragie par compression a distance Article suivant: Mettre en position latérale de sécurité (PLS)


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles