Reproduction développement et croissance

> > Reproduction développement et croissance ; écrit le: 14 avril 2012 par aboura modifié le 27 février 2015

Faisant s’accoupler des grenouilles mâles affublées de caleçons, l’abbé Spallanzani montre,dans une célèbre expérience des années 1780, que la «liqueur spermatique » est indispensable au développement de l’œuf. Avec le XIXe siècle et l’avènement de la théorie cellulaire, les savants établissent que la fécondation implique la réunion du noyau de deux cellules sexuelles, le spermatozoïde et l’ovocyte. Loursin devient alors le modèle animal de choix. Le coq sera toutefois également mis à contribution : c’est sur lui que seront pratiquées des expériences de castration et de greffe prouvant que les testicules produisent des « sécrétions internes» nécessaires à l’acquisition et au maintien des caractères sexuels secondaires. Au XXe siècle, la mise au point d’une technique chirurgicale applicable sur des structures aussi petites que les voies génitales d’un embryon de lapin âgé de quelques semaines permettront d’établir les bases de la différenciation sexuelle chez les mammifères. C’est également auXXe siècle que seront identifiés les mécanismes d’édification de l’organisme adulte, en particulier ceux de la métamorphose des amphibiens et des insectes, ainsi que les processus qui contrôlent la croissance des vertébrés.

← Article précédent: Le contrôle de l’excrétion Article suivant: La reproduction : la nécessité des spermatozoïdes pour la fécondation

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié