Ménopause et traitement

> > Ménopause et traitement ; écrit le: 16 novembre 2011 par La rédaction modifié le 14 octobre 2014

La ménopause, du grec méno, règles et pause, arrêt, appelée aussi âge climatérique, est l’arrêt des menstruations. Au cours de la ménopause une femme n’a plus assez de follicules parce qu’ils étaient utilisés pour le cycle ou des cellules du follicule ovarien ont dégénéré par le phénomène d’atrésie folliculaire. Il est divisé en plusieurs étapes:

Aspects culturels

Influence du contexte culturel

Selon son terrain culturel, la femme réagit différemment à l’apparition de la ménopause. Aux États-Unis, des études montrent que, dans leur «statut social», les femmes voient que la ménopause est une maladie – si elle est prévisible que survient un changement dans leur vie.

.

.

Le système socio-culturel de référence dans lequel la femme se transforme profondément influencer la façon dont les femmes perçoivent leur ménopause à ceux qui pensent que c’est une maladie, la perception est significativement plus négatives que celles pour lesquelles la n est une transition ou un signe de vieillissement. .

La race et l’origine géographique de la femme est également important. Aux États-Unis, une étude a montré que les femmes ont souffert d’origine caucasienne plus des symptômes psychosomatiques de la série – alors que les Afro-Américains se plaignaient de symptômes vasomoteurs plutôt la série. .

.

.

En outre, alors que la plupart des femmes américaines, voir la ménopause comme un signe de déclin, certaines études montrent que, en Asie, en revanche, la ménopause est synonyme de libération, est célébré comme la disparition de la charge de la grossesse. Cependant, une étude montre que, apparemment, la ménopause États-Unis est perçue positivement par beaucoup de femmes pour qui ce serait l’occasion de la «transition libératrice et enrichissante à un état.’ Ce résultat reflète le fait que les femmes des États-Unis seraient prêts à abandonner le concept de «féminin pour toujours» («Feminine Forever»)? Ce concept a appuyé l’introduction du traitement de masse des doses d’œstrogènes de la ménopause, le traitement a été fortement critiqué par la suite.

La traduction culturelle de la ménopause

Selma calme enfin: il est encore loin d’être aussi décrépit que les personnages dans la vidéo, et elle décide d’aller en Chine pour adopter un bébé. Avec Homère, et en posant comme son mari …

.

.

Traitement

HRT

Trente dernières années, il ya un traitement hormonal substitutif de la ménopause. Ce traitement peut compenser l’absence de la sécrétion ovarienne d’œstrogène et de progestérone responsables de troubles dans le court et long terme. Il est efficace sur les symptômes de la ménopause et prévenir l’ostéoporose. Théoriquement les œstrogènes ont également un rôle protecteur sur le cœur.

Largement utilisé avant, il est beaucoup moins, y compris les États-Unis depuis la publication d’une étude en 2002 mettant en évidence l’absence de bénéfice en termes de maladies cardio-vasculaires et le risque accru de certains cancers, la survenue de l’embolie pulmonaire et la course, au-delà de la prestation d’un baisse du taux de fracture du col du fémur. Cette étude a été largement débattu et il n’est pas clair si elle est applicable à toute forme de thérapie de remplacement ou seulement à ceux qui le plus souvent des cours aux États-Unis. La population étudiée est, en outre, particulièrement les plus âgés (jusqu’à 80 ans).

.

.

Le risque accru de cancer du sein associé à ces traitements a été confirmée par une publication de l’OMS et a trouvé une jambe de force à travers la diminution de l’incidence du cancer du sein en France et aux États-Unis au sujet contemporain baisse des ventes des traitements hormonaux après la publication de l’étude WHI en 2002.

Chez les plus jeunes (la cinquantaine), le risque de maladie cardio-vasculaire semble, cependant, équivalent ou inférieur. De même, les artères coronaires (irriguant le cœur) sont moins calcifiées dans le passé.

.

.

modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes (SERM)

SERM sont une classe de médicaments de manière sélective, soit comme des agonistes ou antagonistes que, sur les récepteurs d’oestrogène dans le corps différents. La sélectivité de leur interaction avec ces récepteurs leur donne une sécurité bien meilleure par rapport aux autres traitements disponibles. Phyto-SERM SERM sont une classe d’origine végétale, ce qui les rend encore plus sûrs composés par un traitement efficace. Phyto-SERM comme DT56a exercent un effet agoniste sur les récepteurs des oestrogènes située dans le cerveau, qui a effectivement réduit les bouffées de chaleur, mais en même temps n’ont pas d’effet sur les récepteurs d’oestrogène de cancer du sein et l’utérus, ce qui explique pourquoi ils sont considérés comme le traitement de choix actuel pour la ménopause symptômes.

Alternative suppléments alimentaires

L’effet des aliments de remplacement des suppléments dans le traitement des symptômes de la ménopause peut aller de modérée à un soulagement significatif. Il est connu que certains composés d’origine végétale, les phytoestrogènes appelé, exercent un effet oestrogénique sur le corps, induisant ainsi l’effet, quel que soit relativement modéré. suppléments phytoestrogéniques comprennent les isoflavones de soja, trèfle rouge, actée à grappes noires (Cimicifuga racemosa) et l’igname. Notez que l’utilisation de l’actée à grappes noires a été associée à des effets indésirables graves sur la fonction hépatique.

.

.

La ménopause

Définition

L’aménorrhée d’au moins 1 année en raison d’un épuisement des follicules ovariens capital. Le diagnostic de ménopause est clinique, il repose uniquement sur les symptômes et signes cliniques.Un test sanguin simple pourrait prédire avec précision l’âge à laquelle il se produit: à la 26ème réunion annuelle des chercheurs de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (fr), à partir de l ‘«Université des sciences médicales Shahid Beheshtiau’ ont mis au point un outil statistique permettant de déterminer l’âge de la ménopause sur la base des taux de l’hormone de antimüllérienne.

Symptômes

Plus tard, les organes génitaux glandes (vagin, la vulve, de l’utérus) et une atrophie mammaire, avec une accentuation du prolapsus.

Tous ces symptômes sont ‘tout mauvais’. Le risque d’ostéoporose (diminution de la densité osseuse: risque accru de réparer les fractures et donc plus difficile et plus; accentué la perte osseuse à la ménopause) et l’augmentation des maladies cardio-vasculaires.

La périménopause

L’œstrogène et la progestérone sont des hormones stéroïdes qui possèdent des récepteurs cellulaires, situés sur la surface des cellules hypophysaires en particulier, et de réagir par des commandes de rétroaction pour maintenir le niveau des hormones ovariennes autour d’une valeur stable. Il s’agit d’une période de dépression qui provoque une insuffisance ovarienne ou la progestérone seule ou accompagnée d’une carence en œstrogène. Dans ce dernier cas il est l’aménorrhée (absence de menstruation) ou les plus faibles avec les bouffées de chaleur, par contre si il ya encore la sécrétion d’œstrogènes, les symptômes sont les suivants:

MENOPAUSE ET OSTEOPOROSE

L’ostéoporose représente 90% de la décalcification. Il se produit souvent après la ménopause. Il s’agit en fait d’environ 10 ans après le début de la ménopause.
La femme semble être protégés par leurs hormones pendant la période d’activité génitale, puis, il perd souvent de son calcium osseux.
Les femmes les plus à risque semblent être statistiquement faible femme menue, blonde, aux yeux bleus, surtout si elles fument.
L’ostéoporose est suspectée chez une personne:
fracture du poignet sans traumatisme important si
si la perte de hauteur de plus de trois centimètres par rapport à l’âge de trente (fractures vertébrales ignorées)
en cas de lombalgies chroniques qui ne sont pas les preuves habituelles de la pathologie.
À la ménopause, 30% de la charge de calcium dans les os peuvent être perdues. Cette perte de calcium objectivé sur les radiographies.
L’os cortical, c’est-à-dire, la partie externe de l’os est aminci et raréfié travées osseuses. On a l’impression d’un os de verre.
Une étude récente, la densitométrie (qv) os, sans aucun doute l’objectif.
Symptômes:
Cela se manifeste dans l’ostéoporose:
la douleur, en particulier la colonne vertébrale (ce sont des douleurs diffuses, sourdes, qui deviendra de plus en souvent devenue intolérable)
déformations,
une réduction de taille par rapport à des fractures vertébrales,
une augmentation de la cyphose (c.-à-dire la courbure de la colonne vertébrale).
À la fin de l’évolution, une impuissance réelle totale et très douloureuse, peut se produire.
A confirmé que l’ostéoporose peut être traitée avec le fluorure associé avec du phosphate et de la calcitonine et de la vitamine D.
En outre, en prenant la 3ème génération de bisphosphonates, tels que l’alendronate, bien que jusqu’à présent réservé aux fractures ostéoporotiques, est d’un grand intérêt pour la prévention de compression vertébrales ostéoporotiques et le remplissage de calcium général de l’organisation. Une étude de 994 femmes ménopausées souffrant d’importants indices densitométrique (voir DENSITOMETRIE) ont constaté que, après un apport quotidien de 10 mg d’alendronate combiné avec 500 mg de carbonate de calcium pour 3 ans, la masse osseuse a augmenté de façon constante sur tous les sites ont été mesurés (la colonne vertébrale, du col du fémur , trochanter) de 3 à 9%.
En outre, le nombre de fractures vertébrales a été significativement réduite et d’autres fractures.
Les études doivent se poursuivre pour préciser les effets bénéfiques et pourraient être nocifs à long terme, cette thérapie.
Mais ce traitement ne sera que palliative.
TRAITEMENT:
Il vaut mieux prévenir.
À la ménopause, une femme doit se poser la question de l’apparition d’une ostéoporose potentiel de son médecin, qui peut entreprendre un traitement préventif s’il n’y a pas formelle-indication inconvénients.
Ce traitement doit être administré une dizaine d’années.
L’ostéoporose peut être évité si, en cas de risque (et votre médecin vous le dira), nous pratiquons une fois la ménopause est confirmée traitement œstrogène-progestatif dit séquentielle, c’est-à-dire qu’il administre un traitement hormonal qui restaure le cycle hormonal plus tôt (voir La ménopause). Actuellement, la meilleure façon de prévenir l’ostéoporose.
Notez que nous avons examiné le rôle cancérigène de tels traitements. Les statistiques sont claires: absolument pas ce qui augmente le risque de cancer du sein ou de l’utérus.
Il semblerait que c’est le contraire. (IL EST PAR certaine controverse)
Il est donc essentiel de mettre en œuvre ce traitement qui protège complètement l’ostéoporose ménopausique bientôt confirmée.
En cas de contre-indication à ce traitement
Un nouveau traitement curatif est actuellement possible, surtout si tassement vertébral: c’est l’administration d’étidronate disodique (Didronel) à la dose de 400 mg / jour, entre les repas pendant 15 jours, suivie par l’administration de calcium à une dose de 1 g / jour pendant dix semaines. Ce cycle de traitement est à renouveler pour 2 à 3 ans en tant que conseil médical.
Bien que la prise de calcium, la vitamine D est utile à la dose de 400 UI par jour
Un nouveau bisphosphonate (risédronate) semble très efficace à la dose de 5 mg / jour. Il semble être une excellente tolérance digestive condition de prendre le matin à jeun avant le petit déjeuner, en prenant la précaution de rester debout ou assise pendant la prochaine demi-heure.
Un nouveau traitement semble être très efficace pour les femmes qui ne reçoivent pas de traitement hormonal substitutif
Ceci est le raloxifène (Evista), qui est un agoniste-antagoniste des récepteurs des oestrogènes.
Sur l’os ce médicament a pour effet d’agoniste des oestrogènes ce qui augmente la densité minérale osseuse de façon significative.
La diminution de l’incidence des fractures vertébrales était de 50% chez les femmes sans antécédents de fracture antérieure et 30% pour ceux qui ont déjà présenté une fracture vertébrale
Ce médicament semble également avoir des effets bénéfiques cardiovasculaires en raison de taux de cholestérol total et LDL inférieurs en particulier.
Le raloxifène n’a eu aucun effet sur l’endomètre et n’induit pas de risque de cancer de l’utérus.
Enfin, l’effet antagoniste de la drogue dans le sein diminue d’au moins 50% le risque global de cancer du sein
Ce médicament n’est pas un traitement pour la ménopause, mais le traitement de l’ostéoporose induite par la ménopause.
Elle n’a aucun effet sur les signes climatériques (bouffées de chaleur) de la ménopause.
Il ya un risque accru de thromboembolie veineuse comparable au risque induit par un traitement substitutif.
Un agent de la formation osseuse a obtenu en France son remboursement par la Sécurité Sociale. (65%)
C’est le tériparatide (Forsteo), qui est l’hormone parathyroïdienne (1-34) recombinante humaine.
Ce médicament a démontré une efficacité contre les fractures vertébrales dans une étude a porté sur 1637 femmes ménopausées ayant des antécédents de fractures vertébrales ostéoporotiques.
La durée du traitement était de 18 mois
Cette étude a montré une diminution du risque de nouvelles fractures vertébrales de 65% et une augmentation de la densité minérale osseuse lombaire de 9%
La dose est de 20 microgrammes par jour par voie sous cutanée avec un stylo.
Le médecin reste le seul habilité à prescrire ce médicament.
POUR PLUS D’INFORMATIONS
AFSSAPS Décembre 2003 recommande l’attitude suivante à la prescription de traitement hormonal substitutif de la ménopause:
THS (traitement hormonal de remplacement) ne devraient pas être prescrits systématiquement, il n’est pas recommandé pour les femmes sans troubles climatériques (bouffées de chaleur)
THS peut être prescrit en cas de symptômes climatériques de s’ingérer dans une femme libre et éclairé
THS doit être prescrit à la dose minimale efficace.
THS ne doit pas être prescrit que la prévention de première ligne de l’ostéoporose.
La balance des avantages et des risques du THS doit être réévaluée régulièrement.
Cette réévaluation peut être accompagné par une suspension temporaire du traitement pour contrôler la persistance du syndrome climatérique et sa sévérité.

← Article précédent: Ménopause et sexualité Article suivant: Ménopause règles


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles