LES CIRRHOSES: LE DIAGNOSTIC ETiOLOGIQUE

> > LES CIRRHOSES: LE DIAGNOSTIC ETiOLOGIQUE ; écrit le: 17 septembre 2013 par Hela modifié le 24 décembre 2014

l’importance que revêt dans la cirrhose le diagnostic étiologique découle de ses implications thérapeutiques éventuelles.

La cirrhose alcoolique

L’origine alcoolique — origine la plus fréquente en France — des cirrhoses hépati­ques est retenue sur les arguments suivants :

—   une intoxication alcoolique cer­taine et reconnue, accompagnée d’autres manifestations pathologiques liées à l’alcoo­lisme, telles que polynévrite alcoolique, pan- créatite chronique, hypertrophie paroti- dienne bilatérale, maladie de Dupuytren ;

.

.

—   des anomalies biologiques repré­sentées par l’existence d’une macrocytose et une augmentation préférentielle des immuno- globulines A ;

—   le caractère micro-nodulaire de la cirrhose qui, souvent apprécié dès la laparo- scopie, est confirmé par la ponction-biopsie : l’étude histologique apporte encore d’autres arguments si elle montre un aspect d’hépatite alcoolique ou de stéatose ;

.

.

—   l’absence, enfin, d’autre étiologie retrouvée.

La cirrhose post-hépatitique

Une hépatite peut être reconnue à l’origine de la cirrhose sur les arguments sui­vants :

.

.

—   l’existence d’un antécédent d’hépatite virale, encore que ce critère ne soit pas absolu car une hépatite virale ancienne

peut être sans lien avec la cirrhose alors explorée, tout comme, à l’opposé, une cir­rhose peut s’être constituée à la suite d’un épisode d’hépatite passé totalement ina­perçu ;

.

.

—   la présence dans le sérum de l’antogène HB, encore que l’existence de mar­queurs sérologiques du virus B soit égalemer possible au cours de cirrhoses d’autre origine et précisément, semble-t-il, au cours de la cir­rhose alcoolique ;

—   le caractère macro-nodulaire de la cirrhose en laparoscopie ;

.

.

l’absence d’éléments orientant ver

—   une étiologie alcoolique, en particulière en  absence de notion d’intoxication alcoolique et absence de signes d’hépatite alcoolique e_ de stéatose à la ponction-biopsie hépatique.

.

.

La cirrhose au cours de l’hépatite chronique active auto-immune

Le diagnostic repose ici essentielle­ment sur l’aspect de la biopsie hépatique associé à l’existence de phénomènes auto- immuns

Les cirrhoses d’origine métabolique

Ce groupe inclut :

—   la cirrhose survenant au cours de l’hémochromatose, de constitution générale­ment tardive dans l’évolution de cette affec­tion caractérisée par une surcharge en fer

—   la maladie de Wilson, qui doit être soupçonnée devant toute hépatopathie chro­nique observée chez un adulte jeune (au-dessous de 40 ans) ;

—   le déficit en alpha-1-antitrypsine ; il s’agit du déficit homozygote. Les remarques faites à propos de la cirrhose au cours de la maladie de Wilson s’appliquent également ici ;

—   enfin, chez le nouveau-né, le nour­risson et le tout jeune enfant, les cirrhoses liées à une glycogénose de type IV, une mucoviscidose, une galactosémie congéni­tale, une fructosémie et une tyrosinémie.

Les cirrhoses au cours des cholestases prolongées

Entrent dans ce cadre :

la cirrhose biliaire secondaire, dont la constitution implique qu’on a laissé évoluer de façon prolongée un obstacle sur les voies biliaires. Cette éventualité ne saurait être envisagée que pour des obstacles de traite­ment difficile (par exemple la cholangite sclé­rosante primitive ). La survenue d’une cir­rhose biliaire secondaire, en effet, se conçoit mal actuellement en cas d’obstacle des voies biliaires extra-hépatiques, car, dans la plupart des cas, il est alors possible de pratiquer une dérivation biliaire. Dans les deux cas, les méthodes récentes d’opacification des voies biliaires (cholangiograpnie trans-hépatique et rétrograde) permettent de poser le diagnostic d’obstacle sur les voies biliaires et d’en

—    préci­ser la nature dans la plupart des cas ;

—    la cirrhose biliaire primitive, qui fera l’objet d’un chapitre séparé.

Les cirrhoses au cours des obstacles à la circulation dans les veines sus- hépatiques

De telles cirrhoses sont observées dans les circonstances suivantes :

—   le foie cardiaque, une cirrhose véri­table pouvant se constituer au cours de l’insuffisance cardiaque après une évolution très prolongée. Cette éventualité est toutefois très rare, si rare même qu’elle est niée par cer­tains auteurs (les mêmes remarques valent pour les péricardites constrictives chroniques) ;

—   la maladie de Budd-Chiari et la maladie veino-occlusive du foie, affections qui sont fréquemment et rapidement compli­quées de cirrhose (18) et diffèrent en cela du foie cardiaque.

Les cirrhoses au cours de certaines intoxications médicamenteuses

Les médicaments incriminés à l’origine des cirrhoses iatrogènes sont :

—   l’alphaméthvldopa (19) ;

—   le maléate de perhexiline ;

—   l’isoniazide, parfois ;

—   le méthotrexate.

Les cirrhoses au cours de la malnutrition

On a longtemps pensé que la malnutri­tion pouvait, par elle-même, être responsable de la survenue d’une cirrhose. Ainsi croyait- on que les cirrhoses alcooliques, plus encore qu’à l’intoxication alcoolique elle-même, étaient liées à la malnutrition de l’alcoolique.

Il semble en fait établi aujourd’hui que la malnutrition n’est pas responsable directe­ment et à elle seule des cirrhoses chez l’homme. En revanche, on en rapproche les cirrhoses au cours des courts-circuits iléaux, dont l’existence est, elle, certaine.

La cirrhose cryptogénétique

Le diagnostic de cirrhose cryptogénétique ne peut être porté qu’après élimination e toutes les autres causes de cirrhose. Il s’agit probablement d’un cadre nosologique provi­soire, dans l’attente de critères de diagnostic étiologique plus spécifiques. Le diagnostic de cirrhose cryptogénétique représente une frac­tion importante des étiologies de la cirrhose dans les pays du pourtour méditerranéen et en Inde.

Vidéo: LES CIRRHOSES: LE DIAGNOSTIC ETiOLOGIQUE

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: LES CIRRHOSES: LE DIAGNOSTIC ETiOLOGIQUE

← Article précédent: L’hépatite chronique active Article suivant: LES CIRRHOSES:LA CLINIQUE ET LES EXAMENS COMPLEMENTAIRES


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles