La robotique médicale et la télémédecine

> > La robotique médicale et la télémédecine ; écrit le: 19 avril 2012 par Sameh modifié le 21 novembre 2014

Chirurgien universitaire de formation, j’aurais pu reproduire toute ma carrière ce que mes maîtres m’ont enseigné. Toutefois en 1992, au cours d’une conférence donnée à Washington par le colonel chirurgien Rick Satava, le directeur scientifique de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), ma vision de la chirurgie a été bouleversée. À cette occasion, il expliqua comment le chirurgien tel qu’on le connaît actuellement, que ce soit avec son scalpel ou en chirurgie mini-invasive avec sa caméra, allait disparaître. Il a insisté sur le développement phénoménal des moyens de l’information dans le domaine chirurgical. Il nous fit découvrir le concept de clone digital du malade, fabriqué à partir de ses images médicales (scanner, IRM), qui pourrait être transformé en matière vivante, et opéré de façon simulée, avant la véritable intervention. Cette dernière pourrait alors se faire au moyen de la chirurgie assistée par ordinateur ou la robotique. Grâce à la robotique, qui implique une distanciation du chirurgien avec son patient, Rick Satava imaginait alors la mise au point de la chirurgie à distance, la téléprésence.
C’est donc à partir de 1992 que j’ai voulu développer ces idées. En France, les structures de l’INSERM ou du CNRS ne permettaient pas de débloquer un budget assez important pour un tel projet. Nous avons décidé de créer au centre des Hôpitaux universitaires de Strasbourg un institut totalement dédié, d’une part à la recherche dans les nouvelles technologies et d’autre part à la formation à ces nouvelles technologies. Nous avons donc fait appel à des financements privés. Le sponsoring dont nous avons bénéficié jusqu’à présent était presque uniquement américain, même si nous bénéficions maintenant d’importants fonds européens, et notamment allemands.
L’IRCAD (Institut de recherche contre les cancers de l’appareil digestif) a ouvert à Stras-bourg en 1994. Nous disposons de 8 000 m2 de modernité au service de l’avancement de la chirurgie, avec notamment un bloc opératoire expérimental comportant dix- sept tables d’opération, des salles de visioconférence, etc.

L’ère dite industrielle de la chirurgie est aujourd’hui révolue depuis une dizaine d’années, et a laissé place à l’ère de l’information. Cette chirurgie conventionnelle est remplacée par des techniques de thérapies mini-invasives, celles-ci étant le moins agressives possibles pour le patient. L’arrivée de l’informatique et de la chirurgie assistée par ordinateur modifie la pratique et la conception de l’acte chirurgical puisqu’il sera de plus en plus obligatoire de simuler la veille de l’intervention l’opération sur le clone digital du malade. Le développement toujours plus poussé de ces applications conduit aux notions de chirurgie à distance (la téléchirurgie) et de robotique.
Les trois révolutions majeures dont nous avait parlé Rick Satava en 1992 sont le développement des nouveaux moyens de télécommunication (la télémédecine appliquée à la chirurgie, pour le transport des données réelles), l’échange de données virtuelles (qui permettent la fabrication du clone digital) et enfin l’échange du geste chirurgical puisque le geste est tout aussi crucial en chirurgie que l’intelligence ou la connaissance.

La télécommunication

Le développement de la communication d’informations réelles a un nombre d’applications incalculable dans le domaine de la chirurgie.
Les systèmes de visioconférence nous permettent d’être en permanence en liaison avec le monde entier à coût réduit. La diffusion des savoirs en est ainsi accélérée. Auparavant, pour transmettre une nouvelle technique, le chef de clinique devait se déplacer, parfois une semaine à l’étranger, tout d’abord pour l’apprendre, avant ensuite de la propager lentement. Aujourd’hui, grâce aux transferts audio et vidéo des données, toute nouvelle technique peut être étudiée dès le lendemain de sa mise en œuvre par un très grand nombre de personnes, dans le monde entier. Le télé-training, l’entraînement du chirurgien, a aussi été développé sur ce modèle puisque nous disposons à l’IRCAD d’un bloc chirurgical expérimental mis en place grâce à Alcatel comportant dix-sept tables d’opération. Chacune de ces tables présente un moniteur sur lequel les chirurgiens peuvent suivre le déroulement de leur opération puisque depuis 1988 ont été mises en place des techniques de chirurgie dite mini-invasive, qui consistent à introduire une caméra dans la zone à opérer, permettant ainsi de réaliser l’intervention sans avoir à ouvrir le malade. Ces chirurgiens s’entraînent sur des modèles vivants comme par exemple des petits cochons (minipigs). Si le modèle vivant est encore nécessaire, il devrait bientôt être possible de s’en passer.
La notion de télémédecine appliquée à la chirurgie signifie qu’il n’y a plus de limite de connexion entre chirurgiens de niveaux d’expérience différents. Un chirurgien débutant effectuant une opération au Canada pourra ainsi profiter de l’expérience et des conseils d’un chirurgien senior ayant déjà réalisé la même opération plusieurs centaines de fois, c’est le télémentoring. Ce dernier peut par exemple pointer sur son écran de contrôle des organes, qui seront de la même manière pointés sur l’écran du chirurgien en train d’opérer. Nous disposons aussi à l’IRCAD d’un auditorium dans lequel une opération peut être présentée sur l’écran principal et commentée en même temps grâce au système de visioconférence par quatre experts internationaux sur quatre écrans latéraux. Tous ces systèmes de télécommunications classiques se font par téléphone et ont des limites facilement imaginables : décalage horaire, nécessité d’une infrastructure lourde, avec des techniciens audiovisuels… C’est la raison pour laquelle nous avons en 1997 utilisé Internet pour développer une université internationale d’entraînement et d’éducation du chirurgien. l’internet a surtout eu un impact considérable sur le public qui s’est emparé de cet outil pour avoir accès aux connaissances médicales. Sur les 930 millions de personnes qui se connectent aujourd’hui régulièrement à Internet, la moitié le font pour recueillir une information médicale.

.

.

Le transfert des données virtuelles

La deuxième révolution apportée par l’essor de l’informatique et des télécommunications concerne le transfert de données virtuelles. Il ne faut pas ici considérer le terme virtuel de manière péjorative mais comme la prolongation de nos sens naturels, tels que notre vision ou notre toucher, et cela pour l’amélioration du geste chirurgical. La réalité virtuelle se conjugue de trois manières différentes :
—   L’immersion : le fait d’être plongé dans un monde virtuel, par des systèmes de casques sophistiqués par exemple.
—  L’interaction : la transformation de l’image en matière, et donc la possibilité de donner au chirurgien l’impression qu’il touche un organe et non plus une image.
—   La navigation : le fait de pouvoir tout explorer, par exemple n’importe quel vaisseau sanguin du patient.
Après des années de recherche, nos ingénieurs informaticiens ont mis au point des programmes qui reproduisent en quelques minutes un clone digital tridimensionnel du malade à partir de ses résultats de scanner ou d’IRM. Un organe, un vaisseau ou une tumeur peut alors être simplement coloré sur ce clone digital, ce qui permet au patient d’appréhender et de visualiser la pathologie qui l’affecte beaucoup plus facilement qu’avec le résultat d’un scanner. Cela entraîne aussi une meilleure localisation de la tumeur. Par exemple, dans le cas d’une tumeur au foie, si elle est étendue sur plusieurs lobes, la marge de sécurité de la zone à découper pour que le cancer ne récidive pas est dessinée. Le chirurgien peut proposer avec trois points interactifs l’opération à effectuer, et l’ordinateur intègre qu’il restera par exemple 30 % du foie, quantité suffisante pour que l’organe se régénère. Il existe aussi des destructions par radio-fréquence. Dans ce cas, une aiguille plantée au centre de la tumeur va chauffer à la manière d’un micro-ondes et détruire les tissus alentour. Il est alors crucial que l’aiguille soit placée exactement au cœur de la tumeur et la simulation virtuelle est donc d’une grande aide.
On imagine bien que, s’il est possible de simuler un geste aussi simple que de planter une aiguille, la différence avec une opération entièrement robotisée s’estompe. Les techniques développées vont permettre de réaliser l’intervention de manière virtuelle la veille de la véritable opération, en faisant par exemple une laparoscopie virtuelle pour bien appréhender la place des vaisseaux, en décidant où positionner les incisions à faire pour que l’opération soit la moins invasive possible. Le but futur est de mixer l’intervention préparée et la véritable opération. D’autre part, il existe des patients présentant des anomalies anatomiques qui provoquent des accidents lors de l’opération, car telle veine ne devait par exemple pas se trouver à tel endroit. L’exploration du clone digital réduirait nettement la fréquence de tels incidents.
Toutes ces étapes ne représentent que la planification de l’opération. Il faut aller plus loin, c’est-à-dire jusqu’à la véritable simulation de l’intervention. Pour ce faire, des outils ont été mis au point pour développer l’interaction entre le chirurgien et l’organe qu’il opère, et reproduire le toucher qu’il ressent durant l’opération. Lorsque le chirurgien visualise sur son écran le contact avec le foie par exemple, une sorte de gant électronique va lui faire ressentir la consistance et la résistance de l’organe : l’image a été transformée en matière. Bientôt, l’opération virtuelle sera aussi réaliste que l’opération réelle.
Ces logiciels permettent aussi de naviguer à l’intérieur du corps du patient, et de se déplacer par exemple dans ses vaisseaux, ce qui peut permettre d’identifier l’invasion de l’un d’eux par une tumeur. Nous travaillons aussi à la mise au point de la coloscopie virtuelle pour arriver à identifier automatiquement des polypes du côlon, que le logiciel colorerait de manière autonome à l’écran pour les rendre immédiatement apparents au chirurgien. Il est en effet inimaginable qu’un examen aussi invasif que la coloscopie reste la référence au cours des prochaines années dans la prévention du cancer du côlon.

Vers la robotique chirurgicale

Quelles sont les applications de cette réalité virtuelle ? Dans l’idéal, le patient se présenterait à l’hôpital et subirait un scanner ou une IRM, pour que son clone digital soit reproduit. L’opération serait alors planifiée et, dans quelques années, une opération simulée réaliste deviendrait la règle la veille de l’intervention réelle.
Le futur de la chirurgie réside dans la robotique : le chirurgien et son patient seraient séparés par une interface d’ordinateur. Aujourd’hui, il est uniquement possible de supprimer les imprécisions dues au tremblement. Il est cependant envisageable que le chirurgien devienne demain un véritable metteur en scène : la veille, il simulerait l’opération plusieurs fois pour choisir les meilleurs moments de chaque essai, pour finalement produire le film de l’intervention telle qu’il la souhaite. Ce film serait alors installé dans l’interface de l’ordinateur, et l’intervention se ferait de manière automatique et le chirurgien n’aurait plus que le rôle de superviseur de l’opération.
Cette automatisation a longtemps semblé impossible, sauf en neurochirurgie ou en chirurgie orthopédique, mais il est aujourd’hui clair que la vraie robotique sera un jour possible. Ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, au sens où le chirurgien contrôle toujours l’interface. Il a deux manettes pour déplacer les instruments et un micro qui commande les mouvements de caméra. L’interface améliore donc le geste du chirurgien, le rend le plus parfait possible, mais cela reste de la télémanipulation. C’est ce que l’on appelle la chirurgie assistée par ordinateur.

.

.

Toutes les techniques évoquées ici sont extrêmement récentes et ont été développées principalement par les Européens, et notamment les Français. La première opération assistée par ordinateur était une cholécystectomie et elle a été réalisée en 1998 en Belgique. Un Américain a le premier exécuté une opération de gynécologie de cette manière. Le professeur Carpentier a réalisé à Paris en 1999 la première opération cardiaque à l’aide d’un robot. La première opération urologique assistée par ordinateur (prostatectomie) a été effectuée par le professeur Abbou. Nous avons en 2001 exécuté la première opération à distance entre New York et Paris (l’intervention Lindbergh) et une cinquantaine de malades ont été opérés de la même manière, à distance, au Canada. Actuellement, tout ce qui est faisable en chirurgie mini-invasive peut l’être en chirurgie robotisée, mais personne n’a encore démontré le bénéfice éventuel pour les malades. Pour le moment, cela facilite pour certaines interventions complexes le geste du chirurgien, par exemple pour les pontages coronariens ou la prostatectomie complète pour cancer du fait de l’étroitesse du pelvis chez l’homme. Il est aussi des opérations où l’on opère avec des instruments longs de 30 cm, présentant une extrémité de 3 mm où le moindre tremblement du chirurgien se répercute alors de façon très importante sur les organes du patient. Disposer de manettes virtuelles et d’une interface d’ordinateur permet d’annuler tout tressaillement.
Cependant, à terme, la finalité de la robotique n’est pas de reproduire la main du chirurgien, mais de lui apporter une intelligence supplémentaire.
Dans notre laboratoire, les ingénieurs informaticiens travaillent dans trois domaines d’application distincts : rendre le robot autonome pour des tâches simples, l’amener à « augmenter » la réalité et développer la téléchirurgie, le partage du geste chirurgical.
Il est imaginable par exemple que le robot puisse faire des sutures de manière indépendante ou qu’il détermine seul où et comment placer les bras du robot pour qu’ils ne se cognent pas. Un logiciel permet de déterminer automatiquement comment déplacer les instruments au cours de l’opération, sans avoir à déplacer la caméra.
L’intelligence phénoménale de cette interface d’ordinateur peut aussi être utilisée pour développer notre perception de la réalité. Nous avons ainsi réalisé en 2004 pour la première fois une opération de chirurgie surrénalienne sur un patient au cours de laquelle les images du clone digital du malade étaient superposées sur notre écran à la même échelle que notre opération. Cela s’est révélé particulièrement pratique dans la mesure où du tissu graisseux empêchait de distinguer précisément vais¬seaux et organes. Nous avons donc exécuté l’opération en planifiant avec l’informaticien en temps réel où positionner les instruments pour ne pas abîmer une veine importante qui se trouvait pourtant à moins d’un millimètre de l’endroit sur lequel nous travaillions. C’est ce phénomène que l’on désigne sous le terme de réalité « augmentée ». Dans le futur, il est donc concevable que les chirurgiens puissent voir directement l’organe et les tumeurs en transparence à l’aide d’un casque comme ceux utilisés par les pilotes de chasse en temps de guerre pour voir de l’autre coté d’une montagne par exemple. En chirurgie, cela pourrait être particulièrement utile pour les organes pleins présentant une tumeur dans lesquels on ne peut pas introduire de caméra. Des tests ont été réalisés et une aiguille peut ainsi être placée dans un organe avec une précision de 1 mm. Si des progrès sont encore à faire, il est toutefois clair que la réalité augmentée n’est plus un rêve, d’autant plus que les logiciels que j’ai mentionnés peuvent être enregistrés sur un simple ordinateur portable.
Une autre difficulté des interventions est le mouvement ininterrompu des organes du fait de la respiration ou des battements de cœur. Nous développons aujourd’hui des outils permettant de bouger l’extrémité de l’instrument au même rythme que la respiration du malade donnée par le respirateur, ce qui aboutit au maintien d’une distance constante entre l’instrument chirurgical et l’organe, ce qui serait autrement impossible.

l’intervention lindbergh

Le troisième défi auquel se sont attaqués nos ingénieurs est le partage du geste à distance, c’est-à-dire la téléchirurgie. Les premières interventions réalisées par un chirurgien sont moins précises que celles effectuées à la fin de sa carrière. C’est ce que l’on appelle la courbe d’entraînement. L’assistance prodiguée par l’ordinateur permettrait d’éviter que le malade souffre de faire partie des cinquante premiers patients du chirurgien, car un partage du geste avec l’interface augmenterait l’efficacité des résultats des interventions.
L’autre opération permise par la robotique est l’intervention à distance. Après l’intervention Lindbergh, le Canada a réalisé un grand nombre d’opérations de téléchirurgie car c’est un pays confronté à de très grosses distances où il n’y a souvent pas de spécialistes dans les zones d’intérêt.
Opérer d’un endroit du monde un patient à l’autre bout de la planète était un rêve un peu fou, datant de 1993, dénommé projet M ASTER (Minimal Access Surgery Télécommunication and Robotic), constituant surtout un défi technique et non chirurgical. Ce projet européen a été soutenu par les ministères de la Recherche et de l’industrie. Le problème à résoudre résidait dans la durée de transmission de l’information entre deux points très éloignés, en l’occurrence 600 ms entre New York et la France. Il est impossible pour le chirurgien de procéder à une opération comportant un tel délai entre ce qu’il voit et ce qu’il fait : s’il se base sur ce qu’il voit sur son écran pour déplacer ses instruments alors qu’entre-temps les organes ont légèrement bougé, des accidents très graves peuvent se produire. Deux mois avant notre opération, l’armée américaine avait affirmé qu’une telle intervention était impossible avant cinq ou dix ans, du fait de ce délai incompressible provenant de l’utilisation du satellite pour le transfert d’informations.
Nous avons travaillé avec des ingénieurs pour comprimer les données pour descendre sous la limite de 200 ms. L’intervention Lindbergh a eu lieu en 2001, mais la véritable première expérience a été réalisée en septembre 2000 sur un miniporc. Ce fut un échec complet, du fait de la variation continue du délai de transmission entre 300 et 600 ms. Une opération de ce type, facile, dure en moyenne 20 minutes, et elle dura 4 h 30. Les ingénieurs de France Telecom ont alors réalisé en quelques mois un travail de mise au point remarquable et, un an après ce premier échec, nous avions opéré avec succès plusieurs miniporcs. Nous pouvions dès lors opérer le premier patient, en l’occurrence une malade, extraordinaire, qui avait accepté de tenter cette aventure futuriste. Pour réduire le délai de transmission, toutes les informations numériques étaient comprimées à New York, passées dans une fibre ATM, décomprimées à l’arrivée à Strasbourg, et dès que le geste était effectué, le message repartait dans l’autre sens pour que l’opération soit visible à Manhattan. Nous avions une qualité d’image superbe, et un délai de transmission de 130 ms. L’opération s’est déroulée du début à la fin sans l’intervention de l’équipe de Joël Leroy qui se trouvait à Strasbourg, prête à parer à la moindre défaillance.
Cette opération a eu lieu le 7 septembre 2001, a duré 45 minutes, et a fait l’objet de 450 articles malgré la très lourde actualité internationale et bien que la conférence de presse prévue le 11 septembre ait été annulée. L’intervention a même été acceptée pour publication dans le journal scientifique le plus réputé, Nature, alors que ce journal avait auparavant toujours refusé de publier des articles chirurgicaux. Les reviewers (les personnes qui décident si l’article est accepté ou refusé) ont même argué qu’il s’agissait d’une énorme mutation dans le monde chirurgical, notamment du point de vue de la suppression de l’individualisme des médecins.

.

.

Vidéo : La robotique médicale et la télémédecine

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La robotique médicale et la télémédecine

.

.

← Article précédent: Prévenir Le Syndrome métabolique et L’obésité: Les Aliments à privilégier Article suivant: Découvrir l’enfant faire connaissance


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles