La pression artérielle

> > La pression artérielle ; écrit le: 16 décembre 2011 par La rédaction

La pression du sang dans les artères

Mesure de la pression artérielle par un appareil de Marey

Souvent improprement appelée tension, la pression artérielle est la pression du sang dans les artères.
Elle résulte de la contraction régulière du cœur, qui se produit environ toutes les secondes.

1-Le rôle des artères:

les artères  forment dans tout l’organisme un des artères réseau extraordinairement ramifié, appelé arbre artériel, dont la description remonte au XVIe siècle. Bravant les interdits, les anatomistes de cette époque ont réalisé des dissections et révélé que l’aorte se divise en artères qui partent en direction des membres et des organes. Il a cependant fallu attendre le  XIXe  siècle pour comprendre leur rôle : les artères apportent aux organes les nutriments et l’oxygène indispensables à leur fonctionnement.

.

.

2-Les premières mesures:

On savait depuis longtemps que le sang circulait mesures sous pression dans les artères, mais les premières mesures de cette pression n’ont pu être pratiquées sur l’homme qu’au XIXe siècle, avec la mise au point d’un matériel adapté. C’est un médecin français, Etienne Jules Marey (1830-1904), qui s’est illustré le premier en utilisant une sonde (cathéter) reliée à un manomètre (instrument servant à mesurer la pression d’un fluide). La sonde était introduite dans une artère du bras et, de là,poussée vers les cavités cardiaques.
Marey a ainsi montré que, dans tout l’arbre artériel, la pression cardiaque varie en l’espace d’une seconde environ, soit un cycle cardiaque, oscillant
entre une pression maximale (systolique) et une pression minimale (diastolique).

.

.

Les mécanismes de la pression artérielle

C’est la contraction cardiaque (la phase du cycle cardiaque appelée systole ventriculaire) qui est responsable de la variation de pression.
• La pression systolique, ou maxima:

correspond à la pression qui règne dans les artères quand le cœur se contracte. La pression artérielle atteint alors son maximum.
• La pression diastolique, ou minima:

.

.

se mesure après l’éjection du sang, pendant la phase de repos du cœur. La pression artérielle descend alors à son niveau minimal
La progression du sang dans les artères est Le sang sort continue et ne s’arrête pas au moment du relâchement des ventricules (diastole). Les artères se dilatent sous l’effet du volume de sang éjecte par le cœur puis, du fait de l’élasticité de leur paroi, elles   reviennent à leur diamètre initial environ un dixième de seconde après l’arrivée du volume sanguin. Le sang est alors chassé vers la périphérie : il ne peut revenir en arrière vers le cœur car la valvule aortique fait office de clapet – elle se ferme, empêchant le reflux du sang vers le ventricule.
La pression dans les artères dépend principalement de deux facteurs : le débit cardiaque et l’état de la paroi des artères.

La paroi  des artères

Les artères sont normalement élastiques et leur des artères paroi est un muscle qui peut se contracter.
Si les artères sont rigides, ce qui est courant chez les personnes âgées, la pression augmente. Elle s’élève également en cas de contraction des petites artérioles qui forment l’extrémité de l’arbre artériel, du fait de la résistance à la progression du sang. Ainsi, lors du passage à la position debout, le nerf sympathique stimule la contraction des artères et artérioles des membres inférieurs, ce qui empêche l’accumulation de sang dans les jambes.
De la même manière, lors d’un stress, d’une émotion ou d’un danger, l’adrénaline, hormone sécrétée par les glandes surrénales, peut provoquer la contraction des artérioles et entraîner une augmentation de la pression artérielle.

.

.

Pression systolique et pression diastolique

Vitesse de propagation du sang

À chaque contraction, le cœur éjecte environ 60 ml de sang dans l’aorte. L’ondée sanguine se propage dans l’arbre artériel à la vitesse d’environ 1 m par seconde.
Lorsque l’ondée sanguine arrive dans une artère, celle-ci se dilate et la pression atteint sa valeur maximale, ou pression systolique (A).
Lorsque l’ondée quitte l’artère, la pression rebaisse jusqu’à sa valeur minimale, ou pression diastolique (B).

.

.

Reins et pression artérielle

Les reins jouent un rôle important dans la régulation de la pression artérielle. Ils filtrent le sang et, lorsqu’ils fonctionnent mal, ils éliminent moins bien l’eau et le sel, qui s’accumulent par conséquent dans l’organisme, entraînant une élévation de la pression artérielle.

.

.

La rénine

Par ailleurs, les reins sécrètent une hormone, la rénine, qui, libérée en excès, provoque une augmentation de la production de deux autres hormones, l’angiotensine et l’aldostérone, lesquelles font monter la pression artérielle de manière significative. La rénine est sécrétée sous l’influence de différents stimulus, notamment lorsque l’irrigation sanguine des reins est anormalement basse.

Renine, angiotensine et aldostérone

La rénine n’a pas d’effets physiologiques directs ; mais elle fait partie intégrante du système rénine  angiotensine-aldostérone, dont le rôle est majeur dans le contrôle de la pression arterielle.
– L’angiotensinogène sécrété par le foie dans le sang se transforme en angiotensine I sous sous l’effet de la rénine produite par les rein.
– L’angiotensine I est transformée en angiotensine II sous l’effet de l’enzyme de conversion.
– L’angiotensine II fait monter la pression artérielle en provoquant la constrtction des artères et en stimulant la sécrétion d’aldostérone par la glande surrénale.
S’il est actuellement imposable de modifier la synthèse de la rénine, on peu’ freiner la transformation de l’angiotensine I e11 angiotensine II à l’aide de médicaments, les inhibiteurs de 1 enzyme de conversion et les inhibiteurs du récepteur de l’angiotensine.

← Article précédent: Le traumatisme et les reves Article suivant: La chirurgie exploratrice


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles