Hémorragies de la délivrance

> > Hémorragies de la délivrance ; écrit le: 23 mai 2013 par imen

C’est une urgence fréquente qui ne souffre pas le retard de diagnostic. Elle nécessite une conduite stéréotypée.

Définition

stricto sensu : hémorragie > 500 cc dans les 24 heures qui suivent l’accouchement et ayant pour origine la zone d’insertion placentaire.

Facteurs de risque

Facteurs de distension utérine (hydramnios, grossesse multiple, macrosomie), anomalies du muscle utérin (myome, multiparité), fièvre, placenta prævia, hémorragie de la délivrance lors des grossesses antérieures, hépatopathie (déficit en facteurs vitamine K dépendants), anomalies de l’hémostase.

.

.

Causes

  • Rétention placentaire qui empêche la rétraction utérine.
  • Inertie utérine entraînant un défaut d’hémostase (pas de globe de sécurité).
  • Trouble de la coagulation.
  • Il faut éliminer une rupture utérine ou une plaie de la filière génitale.

Inertie utérine par :

  • Epuisement (travail prolongé).
  • Surdistension (jumeaux, hydramnios).
  • Atonie (travail trop rapide).
  • Anomalie utérine (fibrome, malformation).
  • Iatrogène : utilisation de fluothane, de mimétiques, arrêt de l’Ocytocine.

Hypertonie utérine avec enchatonnement du placenta.

Anomalie de l’insertion du placenta (acreta, percreta, prævia, cotylédon accessoire).

.

.

Erreurs techniques (traction sur le cordon et inversion utérine).

← Article précédent: Post – partum : L’allaillement et ses complications Article suivant: Hémorragies de la délivrance : conduite à tenir


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles