Syndrome de fatigue chronique

> > Syndrome de fatigue chronique ; écrit le: 16 novembre 2011 par La rédaction modifié le 21 octobre 2014

Le dosage des CPK et de la myoglobine peut être utile. Détermine une origine EMG myogène ou neurogène. La biopsie musculaire peut parfois être approprié et il est souvent la clé du diagnostic, elle doit être guidée par les examens cliniques et complémentaires. Il peut montrer une atrophie, inflammation, la dégénérescence ou de signes plus spécifiques.L muscle IRM est un examen intéressant et est complémentaire à la biopsie. Il peut montrer une atrophie, infiltration graisseuse ou une inflammation.

L’avis de notre médecin

Josée (nom fictif), un professionnel de la santé que j’avais connu énergique, athlétique, un travail valorisant, vient à mon bureau totalement transformé. Elle a dit qu’elle se sent fatigué au lever du soleil, souffre de douleurs musculaires, douleurs articulaires et des maux de tête. Ancien athlète de niveau national, il n’est plus pratique aucune activité physique. Avec lui, j’ai découvert que le syndrome de fatigue chronique a d’abord marqué syndrome dépressif.

Après la phase aiguë, Josée a réussi à apprivoiser la maladie en identifiant les facteurs aggravants des symptômes, connaissant ses limites, en réduisant le stress par des exercices simples de respiration, en veillant à la compréhension de sa famille, le partage des expériences dans un groupe de soutien avec d’autres personnes avec cette syndrome.

.

.

Medical Review (Décembre 2009): Dr Sylvie Dodin, MD, président d’une approche intégrée de la prévention, Université Laval (Québec) Medical Review (Mars 2004): Dr Paul Lépine MDDO

Syndrome de fatigue chronique: c’est quoi?

Encéphalomyélite myalgique, communément appelée le syndrome de fatigue chronique est une maladie mystérieuse: on ne sait pas précisément ce qu’il fait ou ce qui serait guéri. Considérée comme une maladie neurologique, il apparaît souvent aiguë, qui entraîne une détérioration rapide et significative de la santé.

.

.

Fatigue encéphalomyélite myalgique / syndrome de fatigue chronique (EM / SFC) se distingue des autres types de fatigue. Une personne sur cinq qui consultent un médecin a dit qu’il vit très fatigué. Cependant, le syndrome de fatigue chronique est caractérisée non seulement par la fatigue chronique, mais par une combinaison de symptômes débilitants, y compris les douleurs musculaires et articulaires, de la faiblesse et de malaise réduisant de manière significative les activités professionnelles et personnelles. Tous ces symptômes surviennent sans que le médecin peut les relier à une maladie quelconque. Parfois, un événement de déclenchement est de la découverte: une infection virale, la vaccination, l’anesthésie, les traumatismes physiques, l’exposition aux polluants de l’environnement, etc.

Contrairement aux idées reçues encore il ya quelques années, tous les âges (même les enfants), et toutes les races peuvent être touchées par cette maladie et pas seulement les personnes d’origine caucasienne. Cependant, les femmes sont de 2 à 4 fois plus touchées que les hommes.

.

.

Bien qu’il existe des références au syndrome de fatigue chronique jusqu’à ce que les années 1750, il a fallu attendre 1988 qu’il a été officiellement reconnue comme une maladie. Plus de 1.000 noms ont déjà décrit cet état (certains sont encore couramment utilisés), y compris la neurasthénie, le syndrome de postvirale ou syndrome des yuppies (pour «Young Urban Professionals», principalement parce qu’il frappe début de la trentaine).

L’hypothèse d’une cause virale est de plus en plus certain, car on peut souvent identifier une infection comme un déclencheur. Il existe des preuves solides d’un dysfonctionnement des cellules du système immunitaire chargées de lutter contre la infection1. La recherche a montré une faiblesse naturelles2 dysfonction des cellules tueuses et biochimiques des cellules chargées d’absorber et d’éliminer les corps étrangers circulant dans le sang3.

.

.

Le syndrome de fatigue chronique évolue très variable. Son plus aigus durent généralement de 2 ans et peut reviennent en boucle. Les symptômes ont tendance à diminuer avec le temps. Peu de patients se rétablissent complètement, mais progressivement, la majorité trouve beaucoup de ses capacités. Un petit nombre peut devenir invalide ou souffrir de dépression.

Souvent, la personne qui souffre d’une fatigue extrême et chronique doivent subir de nombreux tests médicaux. C’est parce que de nombreuses maladies peuvent causer une chute importante de l’énergie. Inclure, à titre d’exemples, la fibromyalgie, l’hypotension, la mononucléose infectieuse chronique, l’hypothyroïdie et le syndrome du côlon irritable.

.

.

Il ne faut pas le confondre avec la dépression. Contrairement à la personne déprimée qui trouve du plaisir à rien », de fatigue chronique» apprécie les joies de la vie, mais s’épuise rapidement, ce qui conduit à la frustration et un sentiment d’emprisonnement.

Selon le consensus canadien, le diagnostic de syndrome de fatigue chronique exige que les symptômes de fatigue chronique, la fatigue après l’effort, les troubles du sommeil et de douleurs importantes est présent. Le patient doit également avoir au moins 2 des symptômes neurologiques ou cognitifs, et au moins un symptôme de type endocrinien, immunitaire et le système nerveux autonome (voir symptômes). Chez les enfants, les symptômes peuvent varier considérablement d’un jour à l’autre, mais sont aussi importants que les adultes. Parmi eux, le diagnostic peut être posé si les symptômes caractéristiques durer plus de trois mois.

.

.

Le traitement médical du syndrome de fatigue chronique

La cause de ce syndrome est loin d’être clair, il n’y a pas de traitement spécifique pour le syndrome de fatigue chronique, dont l’efficacité a été clairement démontré. Dans la pratique, le traitement consiste à soulager les symptômes, de donner un maximum d’autonomie pour le patient et pour maximiser ses capacités à son propre rythme, en respectant sa limites1.

Pendant un certain temps, nous avons appelé thérapie cognitivo-comportementale pour traiter le syndrome de fatigue chronique. Toutefois, les processus biologiques associés à cette pathologie peut rejeter l’hypothèse que le «syndrome de fatigue chronique implique des symptômes qui sont imaginaires ou amplifiés par une détresse psychiatrique’ 6. Par conséquent, les directives de traitement présenté par le Consensus canadien ne recommande pas cette approche qui s’est révélée inefficace pour guérir les symptômes physiques tels que l’incapacité de rester debout, des maux de gorge, syndrome du côlon irritable, etc.

L’objectif d’une stratégie d’auto-assistance est d’aider la personne à conserver l’énergie, réduire les symptômes et d’améliorer les capacités d’adaptation et les capacités fonctionnelles.

Il est important de connaître la maladie et savoir ce qu’on peut attendre d’élaborer des stratégies d’auto-soins. La personne doit apprendre à reconnaître les signes d’alerte et d’arrêter avant d’avoir dépassé ses limites. Il est avantageux d’apprendre des techniques de relaxation et de réduction du stress, de la conservation d’énergie et d’éviter les facteurs aggravants connus.

Malaise ou fatigue après un effort physique intense est une caractéristique distinctive et un critère de syndrome de fatigue chronique. Un programme d’exercice doit être adapté à chaque patient peut entraîner une rechute et aggraver les symptômes. Il peut être opportun de commencer par des périodes d’activité le plus court de 2 minutes, 3 fois par semaine.

Une première évaluation devrait précéder l’élaboration d’un programme d’activités sous la supervision d’une personne qualifiée en physiologie de l’exercice et a une connaissance approfondie du syndrome de fatigue chronique. L’objectif de ce programme est d’améliorer la capacité fonctionnelle, en respectant les capacités circulatoires et cardiaques mis en évidence lors de l’évaluation. Toutefois, il est impératif de décider pour soi-même sur l’intensité et le rythme des exercices.

De nombreux médicaments ont été proposés pour traiter le syndrome de fatigue chronique et aucun n’a montré une grande efficacité dans le soulagement du syndrome dans son ensemble. Beaucoup de gens atteints du syndrome de fatigue chronique présentent une hypersensibilité aux médicaments. Souvent, la médication proposée va commencer avec des doses inférieures à la dose en cours.

troubles SommeilOutre stratégies d’auto-assistance, le médecin peut prescrire des antidépresseurs tricycliques à faible dose de zopiclone, le clonazépam et le L-tryptophane. Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (par exemple le Prozac ®) peut aggraver les problèmes de sommeil.

DouleurAnalgésiques. Salaire de base comme l’acétaminophène. À court terme, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les antidépresseurs tricycliques à faible dose, la gabapentine ou baclofène peut être utile.

FatigueMéthylphénidate, cyanocobalamine (vitamine B12) par voie orale, le modafinil, amantadine, la dextroamphétamine. La plupart de ces médicaments ont un effet à court terme. Des injections de vitamine B12 à fortes doses ont bénéficié certaines personnes, même si elles avaient une numération formule sanguine (CBC) normal1.

orthostatiquesAugmentation étourdissements et des problèmes de consommation de sel si aucune hypertension. Ensuite, si nécessaire, votre médecin peut vous prescrire un bêta-bloquant, un alpha-1-agoniste, la fludrocortisone ou la paroxétine pour l’anti-nausées que méclozine.

La dépression, les médecins peuvent prescrire la dépression anxiétéContre sérotonine (ISRS), antidépresseurs tricycliques à faible dose (qui a également réduire les douleurs musculaires) et les anxiolytiques pour traiter les symptômes associés à la dépression.

Attention. Vaccination: la vaccination est généralement déconseillée par vaccin vivant, car il peut aggraver les symptômes et de déclencher une rechute. Si un vaccin doit être administré, il est recommandé que ce soit le médecin qui effectue l’injection et la dose est divisée en 3 ou 4 à faible dose, chaque donnée au moins 1 mois d’intervalle pour assurer la non-réponse ultérieure1. Cependant, la littérature médicale ne rapporte pas où la vaccination aurait provoqué le syndrome de fatigue chronique.

Facteurs de risque

Si les médecins peuvent parfois être en mesure de participer à des événements à l’apparition de la maladie (infection virale, stress physique ou psychologique, etc.), L’incertitude qui entoure l’impossibilité de faire des facteurs de risque spécifiques.

DOULEURS MUSCULAIRES

Douleurs musculaires, ou des myalgies, peut être généralisée ou localisée. Leurs causes sont très variables.
La douleur généralisée peut se produire après de dures inhabituelle. Il s’ensuit que les douleurs en général, le rendement de quelques jours.
Mais aussi, elles peuvent faire partie des symptômes de nombreuses maladies: par exemple, tout le monde sait que la douleur musculaire causée par la grippe, surtout au début de l’infection.
Bien sûr, beaucoup d’autres maladies peuvent causer des douleurs musculaires. Inclure: périartérite noueuse, la polymyosite (voir ces termes), de nombreuses maladies inflammatoires et infectieuses.
douleurs musculaires localisées sont habituellement causées par des spasmes musculaires résultant de causes locales (lumbago, par exemple).
TRAITEMENT:
Le traitement des myalgies généralisées est la cause.
Le repos est bénéfique de toute façon.
Le traitement est basé sur analgésiques myalgies localisées, relaxants musculaires, de la chaleur et le massage.

← Article précédent: Douleur intestinal Article suivant: Douleur à l estomac


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles