Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Cancer de l’ovaire : Evolution et pronostic

Vous êtes ici : » » Cancer de l’ovaire : Evolution et pronostic ; écrit le: 23 mai 2013 par imen

Ils sont liés au bilan d’extension.

Bilan d’extension clinique

–       État des culs-de-sac vaginaux et des paramètres.



–       Signes vésicaux, rectaux et neurologiques.

–       Ascite.

–       Œdème des membres inférieurs.

–       Hépatomégalie.

Il permet aussi d’apprécier l’état général.

–       Âge physiologique.

–       Maladies associées.

Bilan paraclinique

– Radiographie de thorax.

Normal
0
21

false
false
false

MicrosoftInternetExplorer4

st1:*{behavior:url(#ieooui) }

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”جدول عادي”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family:”Times New Roman”;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

<>     

<>Échographie hépatique.

<>     

<>ECG, échocardiographie (en vue de l’utilisation de l’adriamycine).

<>      

<>Scanner abdominopelvien.

<>     

<>Marqueurs tumoraux.

<>   

<>HCG et aFP dans certaines tumeurs endocrines et embryonnaires.

<>   

<>CA125 dans les formes classiques.

<>Ces marqueurs apprécient peu la masse tumorale, c’est plutôt l’évolution de leur taux qui permet d’apprécier l’efficacité du traitement, et d’instaurer une surveillance.

<>Le CA125 présente un intérêt clinique mais il n’est pas spécifique ; surveillance avant et après traitement car les taux de CA125 sont corrélés à l’évolution de la maladie.

<>Le dosage d’ACE et de CA19.9 sont utiles pour la surveillance post-thérapeutique des tumeurs mucineuses.

<> Classification FIGO des cancers de l’ovaire

<>      

<>Stade I : lésion limitée aux ovaires.

<>I A : lésion limitée à un ovaire, pas d’ascite.

<>I Aj : lésion seulement endokystique, pas de tumeur à la surface de l’ovaire, pas de rupture de la capsule.

<><><> : tumeur atteignant la surface de l’ovaire ou rupture de la capsule.

<>I B : tumeur limitée aux deux ovaires, pas d’ascite.

<>I B] : capsule intacte.

<>I B2 : avec effraction capsulaire.

<> 

<>C : un ou deux ovaires avec ascite ou cytologie péritonéale positive.

<>      

<>Stade II : un ou deux ovaires avec extension pelvienne.

<> 

<>A : atteinte utérus et/ou trompe, sans ascite.

<>II B : extension à d’autres organes pelviens sans ascite.

<> 

<>C : II A ou II B avec ascite ou cytologie péritonéale positive.

<>      

<>Stade III : un ou deux ovaires avec métastases intrapéritonéales extrapelviennes (foie exclu) ou adénopathies rétropéritonéales positives ou envahissement histologique de l’épiploon.

<><>A : atteinte microscopique des surfaces péritonéales abdominales, pas de ganglion. III B : implant < 2 cm de diamètre, pas de ganglion.

<>III C : implant > 2 cm de diamètre et/ou ganglion rétropéritonéal ou inguinal positif.

<>      

<>Stade IV : métasiases à distance extra-abdominales ou intrahépatiques.

<>C’est l’exploration chirurgicale suivie de l’analyse histologique qui permet cette classification.

<>Survie à 5 ans

<>      

<><>1:50%.

<>      

<><>35%.

<>      

<>Stade III : 10 %.

<>      

<>Stade IV : < 5 %.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles