/*

À boire et à manger : L’art de la brique

Vous êtes ici : Accueil » Nutrition » À boire et à manger : L’art de la brique

À boire et à manger : L’art de la brique

L'art de la brique.

Quand on verse du lait ou du jus de fruits d’une brique en carton, il faut le faire carrément, sous peine de voir le liquide adhérer au carton et se mettre à goutter.

Pourquoi ?

Quand on incline la brique pour verser, la surface libre du liquide se trouve au-dessus de l’ouverture. Cela crée une pres­sion qui force le liquide hors de l’ouverture, plus de cette pression, la tension superficielle a pour effet d’attirer le liquide vers les bords de l’ouverture. Si vous versez rapidement, la force de pression est très supérieure à la tension superficielle: le liquide va quitter la brique sans goutter.

Si vous versez lentement, la tension superficielle devient suffisante pour dévier le flux de liquide et l’amener à coller au carton. Or, une fois qu’il adhère à une surface, un liquide tend à y rester, sous l’effet de sa tension superficielle et d’un phé­nomène appelé «effet Coanda». Cela est facile à observer en mettant une cuiller sous l’eau d’un robinet: en adhérant à la face convexe de la cuiller, l’eau est déviée de sa chute.

Le résultat de ces deux effets combinés permet au liquide .le couler le long du carton… et d’arroser copieusement vos « chaussures. Des expériences ont montré que quand les briques sont pleines, le «glouglou» produit une oscillation périodique du jet qui engendre une adhésion du liquide, même versé rapidement, aux parois de la brique.

L’effet Coanda a été baptisé en l’honneur de l’ingénieur roumain Henri Coanda (1886-1972), qui inventa un avion à réaction doté de deux réacteurs situés vers l’avant de l’avion, de chaque côté du fuselage. Lors du premier vol d’essai, il vil, horrifié, les deux jets de flammes coller sagement au fuselage .m lieu de sortir tout droit des réacteurs.

Trente ans plus tard, cet effet est utilisé couramment dans la I l indique, système de contrôle de machines où un petit jet de fluide suffit à en décoller un autre, plus gros, de la paroi à laquelle il adhère, et à l’orienter dans une autre direction.

Cet effet est dû à la tendance naturelle qu’ont les fluides en mouvement à adhérer aux surfaces contre lesquelles ils coulent. Allumez une bougie et posez une bouteille entre vous et elle de façon à la cacher. Soufflez sur la bouteille : la bougie s’éteint, car les courants d’air ont adhéré aux parois de la bouteille.

Vidéo :À boire et à manger : L’art de la brique

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: À boire et à manger : L’art de la brique

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié