Vieillissement et stress oxydatif

> > Vieillissement et stress oxydatif ; écrit le: 1 février 2014 par Hela modifié le 26 février 2015

Trop de sédentarité, de graisses animales, de calories (surpoids), de viandes rouges et de fer, trop de tension artérielle, de cholesté­rol, de sucres, d’inflammation, de stress font vieillir notre corps… Quand notre organisme tourne en surrégime, il le paie en cancers, infarctus, Alzheimer et autres maladies chroniques. Cela ressort clairement des chapitres précédents. Inversement, l’activité phy­sique, la sérénité, l’équilibre diététique, les vitamines, la res­triction calorique, les statines et les anti-inflammatoires nous permettent d’éviter nombre de ces maladies… Pourquoi? Par quel mécanisme ?

Toutes ces maladies sont des formes accélérées du vieillisse­ment et elles ont un mécanisme commun : le stress oxydatif, une sorte d’agression par l’oxygène.

L’oxygène, nous en avons tous besoin : il est indispensable à la vie car il sert à produire notre énergie interne. Sans lui, notre cer­veau ne peut pas tenir plus de trois minutes ! Cet oxygène participe donc aux réactions chimiques sources de notre énergie vitale. Mais ces réactions indispensables sont également dangereuses car elles produisent des déchets qui nous agressent. Autrement dit, d’un côté l’oxygène nous fait vivre et de l’autre il nous tue à petit feu en nous faisant vieillir.

Une histoire d’oxygène

Ces réactions qui nous font vivre correspondent à la respiration cellulaire. Elles utilisent l’oxygène que nous respirons et les ali­ments que nous ingérons, les sucres, graisses ou les protéines qui sont « cassés » puis transformés, grâce à l’oxygène, en énergie, eau et gaz carbonique. Cette réaction ressemble à ce qui se passe dans une chaudière. D’un côté vous mettez du bois et de l’oxy­gène, de l’autre vous obtenez de la chaleur (l’énergie) et des gaz (vapeur d’eau et gaz carbonique principalement). Le gaz carbo­nique et la vapeur d’eau sont éliminés par la respiration lors de nos expirations et la boucle est bouclée…

La « chaudière interne » de chacune de nos cellules, siège de ces réactions chimiques, est un petit organite, la mitochondrie. Elle vient de la nuit des temps, du temps où nos ancêtres n’étaient encore qu’un attroupement de cellules. L’une de ces cellules a intégré en elle une bactérie, qui est devenue la mitochondrie de nos cellules. C’est une réussite, car cette bactérie transformée en usine à énergie est capable de multiplier par 18 la récupération d’énergie ! Leur particularité est que, depuis la nuit des temps, ces mitochondries se transmettent de la mère à l’enfant par la cellule de l’ovocyte. Cette transmission ne passe jamais par le père !

Notre organisme contient 10 000 milliards de mitochondries qui fabriquent chaque jour 50 kilogrammes d’une petite molécule bourrée d’énergie, l’Adénosine Triphosphate ou ATP. Elle va ser­vir en permanence à toutes nos autres réactions chimiques ! 50 kilos, cela vous donne une idée de la taille globale de la chau­dière ! Eh bien outre toute l’énergie dont nous avons besoin, outre l’eau et le gaz carbonique, qui seront éliminés ou recyclés, les mitochondries fabriquent chaque jour 5 grammes de déchets. Pas grand-chose? Non mais…

Nous produisons chaque jour 50 kilos d’ATP : cette petite molécule est un concentré d’énergie pour nos cellules.

Vidéo:Vieillissement et stress oxydatif

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Vieillissement et stress oxydatif

← Article précédent: Que faire pour vous personnellement? Article suivant: Les radicaux libres ou espèces activées de l’oxygène


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site