Le reflux gastro-œsophagien

> > Le reflux gastro-œsophagien ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 13 février 2015

Correspond au passage d’une partie du contenu gastrique (acide) dans l’œsophage

Un peu d’anatomie :

L’œsophage est un conduit du tube digestif qui relie le pharynx au cardia de l’estomac.

Sa structure musculaire et son innervation  permettent la progression et la propulsion des aliments du pharynx vers l’estomac.

L’élément principal s’opposant au reflux du contenu gastrique est le sphincter inférieur de l’œsophage (SIO).

.

.

Sans véritable individualité anatomique, le SIO se situe au niveau de la jonction œsogastrique.

C’est un sphincter fonctionnel, physiologiquement individualisé par les pressions exercées à son passage à travers le diaphragme.

.

.

Définition :

Le reflux gastro-œsophagien ou RGO correspond au passage d’une partie du contenu gastrique (acide) dans l’œsophage.

Normalement ce phénomène est asymptomatique et se produit d’une manière intermittente et asymptomatique chez toutes les personnes après les repas

.

.

mais la prolongation de ce reflux (plusieurs fois par semaine) peut être responsable de la survenue de symptômes gênants et parfois de complications en

rapport avec des lésions œsophagiennes (œsophagite) ce qui définie le RGO pathologique.

.

.

Épidémiologie :

La survenue des symptômes de RGO est très fréquente dans la population occidentale (5 à 45%).C’est une affection chronique et les deux tiers des patients continuent à avoir les symptômes après plusieurs années d’évolution.
Pour les enfants, plus de 30% sont affectés par les problèmes de RGO .parfois cela gène leur croissance.
Pour les bébés le RGO, le plus souvent sans danger au début, tend à disparaitre avec la diversification alimentaire

Les causes de rgo :

Plusieurs causes tendent à expliquer le phénomène de l’RGO. Mais souvent les causes ne sont pas claires et plusieurs facteurs interagissent pour faire apparaitre un reflux pathologique.
L’acide qui va de l’estomac vers l’œsophage endommage sa paroi protectrice et provoque inflammation et douleurs.

.

.

Défaillance du système anti-reflux :

  • La relaxation spontanée du sphincter œsophagien inferieur (SOI) en dehors de la déglutition
  • Effondrement de la pression du SOI lors de l’ascension d’un segment abdominal de l’œsophage dans le thorax
  • Hypotonie permanente du SOI
  • Augmentation transitoire de la pression abdominale dépassant les capacités de résistance du SOI (ceinture serrée, obésité, grossesse…)

La présence d’une hernie hiatale :

  • C’est l’ascension d’une partie de l’estomac dans le thorax, à travers l’orifice hiatal du diaphragme.
  • Les personnes qui souffrent de RGO grave ont presque toujours une hernie hiatale.

Anomalie de la muqueuse œsophagienne :

  • Faiblesse de résistance muqueuse
  • Evacuation inefficace du reflux entrainant un contact prolongé du contenu gastrique acide avec la muqueuse œsophagienne (trouble de la clairance œsophagienne).

Les causes gastriques :

  • Un contenu gastroduodénal très acide.
  • Vidange gastrique très ralentie

Causes congénitales :

Chez l’enfant, le RGO résulte d’une maturation incomplète de la région (jonction gastro œsophagienne).

Les facteurs de risque :

Il ya des facteurs qui augmentent la probabilité d’avoir des symptômes de RGO et de développer la maladie :

.

.
  • Age (les personnes dont l’âge supérieur à 50 ans et les bébés)
  • grossesse et obésité
  • certains types d’aliments ou de boissons :

→ chocolat
→ café et thé
→ les épices
→ aliments acides

  • tabac
  • certains médicaments

Les symptômes du rgo :

Les symptômes typiques :

  • Des brûlures au niveau du creux de l’estomac (épigastriques)
  • Le pyrosis : c’est la sensation de remontée acide tout au long de l’œsophage derrière le sternum
  • Régurgitations de liquide ou d’aliments dans la bouche.

Tous ces symptômes prennent un caractère postural c’est-à-dire qu’ils sont aggravés par :

  • Flexion du tronc pour Se pencher en avant
  • Position allongée sur le ventre ou sur le côté droit

Ils peuvent aussi apparaitre :

  • Lors d’un effort de toux ou de défécation ;
  • Après les repas copieux abondants riches en graisses

Les symptômes Atypiques :

D’autres symptômes trompeurs (atypiques) peuvent être associée aux symptômes typiques ou apparaitre isolés.

  • Des signes respiratoires dus à l’inhalation du liquide de reflux dans les voies aériennes :

→ Infections, (bronchites …)
→ Accès de toux nocturnes
→ Asthme

  • Des signes ORL :

→ angines à répétition
→ pharyngites, laryngites…
→ dysphonie surtout matinale. (raucité de la voix.)

  • Des lésions dentaires
  • pseudo-angor : cette douleur est évocatrice de RGO quand elle est postprandiale
  • Éructations, hoquet

Les complications du rgo :

Parfois, si les symptômes manquent, le RGO sera découvert à la suite d’une complication :

Œsophagite peptique :

C’est une ulcération superficielle de la muqueuse de l’œsophage, elle peut se compliquer par :

  • Une dysphagie (douleurs et trouble de la déglutition)
  • Une sténose peptique de l’œsophage
  • Une hémorragie digestive (hématémèse, méléna, anémie)

L’endobrachyoesophage

Est défini par une métaplasie de type intestinal de la muqueuse du bas-œsophage .il implique une surveillance endoscopique régulière à la recherche d’une transformation tumorale (L’endobrachyoesophage augmente de 30 à 40 fois le risque de développement d’un adénocarcinome œsophagien).

Le diagnostic :

Les moyens de diagnostic :

Interrogatoire :

Dans la majorité des cas la description des symptômes par le patient suffit à affirmer le diagnostic

Endoscopie digestive haute :

Après 50 ans, elle est indiquée en première intention. Elle ne pose pas le diagnostic mais elle permet de détecter les lésions de l’œsophage induites par le RGO (l’œsophagite peptique)

PH-mètrie :

Indiqué en présence de symptômes atypique .elle consiste à mesurer à l’aide d’une sonde introduite dans l’œsophage l’acidité locale.

C’est le seul examen qui confirme de façon certaine un reflux gastro-œsophagien acide.

La manométrie œsophagienne :

Indiqué en cas de suspicion de troubles moteurs de l’œsophage.

Stratégie diagnostic :

3 cas se présentent :

  • Sujet de moins de 50 ans qui présente des symptômes typiques de RGO sans complications ou des signes d’alarme (amaigrissement, hémorragies)
→Pas d’examens complémentaires : traitement médical d’emblée
  • Sujet qui présente des symptômes typiques mais avec des signes d’alarme ou un âge supérieur à 50 ans
→Endoscopie digestive haute pour rechercher des lésions d’œsophagite peptique ou endobrachyoesophage
  • Sujet qui présente des symptômes atypiques et quelque soit l’âge :
→Endoscopie digestive haute si pas d’œsophagite, on complète par une PH-mètrie œsophagienne

Traitement du rgo :

A part les médicaments et la chirurgie utilisés pour guérir le RGO, des simples mesures de changements de mode de vie et des règles hygiéno-diététiques permettent de maitriser et d’améliorer les symptômes du RGO.

Les règles hygiéno-diététiques :

  • Eviter de manger avant de dormir.
  • Fractionner les repas sur plusieurs prises tout au long de la journée
  • éviter de s’allonger après les repas
  • Eviter la consommation d’alcool
  • arrêter de fumer
  • dormir en surélevant la tête du lit de 10 à 15.

Les médicaments :

  • Les antiacides :

    Actapulgite, Gelox, Maalox, Gaviscon

→ Utiliser à la demande au moment de la douleur pour réduire l’acidité gastrique

  • Les antagonistes des récepteurs H2 à l’histamine (anti-H2)

    Ranitidine, famotidine…

Vidéo :  Le reflux gastro-œsophagien

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur:  Le reflux gastro-oesophagien

← Article précédent: Insuffisance hépatocellulaire Article suivant: Symptomes gastrite


Commentaires fermés.

Top articles