Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ MEDECINE SANTE

Obésité en france

Vous êtes ici : » » Obésité en france ; écrit le: 16 novembre 2011 par La rédaction modifié le 14 octobre 2014

Obésité en france

L’obésité est l’état d’une souffrance personne ou un animal à partir d’une masse grasse corporelle élargie, ce qui entraîne un excès de poids réparti entre le conseil dans divers domaines de la graisse du corps. L’obésité de l’homme a été reconnue comme une maladie en 1997 par l’OMS. Cette organisation définit le surpoids et l’obésité comme une accumulation anormale ou excessive graisse qui peuvent affecter votre santé. ‘ Sa prévention est un problème de santé publique dans les pays développés. Il peut avoir un impact significatif sur la santé de l’individu. maladie multifactorielle qui est considérée aujourd’hui par abus de langage comme une pandémie, même si elle n’est pas une maladie infectieuse.



Traitements

Aucun médicament

Régimes

Évaluation de l’efficacité de ces plans est difficile, car les études publiées tentent de le faire ‘open’ (le patient sait quel genre de régime, il est présenté) et leur interprétation est probablement un certain biais. En outre, elles sont courtes.

L’activité physique

L’activité physique sans restriction calorique, elle permet d’avoir une réduction modérée du poids. L’association de l’activité physique dans un régime est plus efficace que composants individuels seuls. Il ne s’agit pas nécessairement de sport. Il est nécessaire d’encourager l’activité physique régulière. Cette dernière permet la conservation, la perte de poids à long terme.

Un accompagnement personnalisé

Il a été démontré que le soutien actif de la thérapie comportementale telle améliore l’efficacité des mesures diététiques liés à des groupes sans traitement (-4 à -8 kg). La thérapie familiale avec le conjoint ont été légèrement plus efficace, contrairement à la thérapie de groupe qui ne sont pas plus efficace que la thérapie individuelle.

Drogues

Trois médicaments ont été développés récemment et ont une certaine efficacité à court terme (perte de 3 à 5 livres comparativement à un placebo pendant 6 mois). Ils présentent néanmoins certains effets secondaires peuvent être graves et l’efficacité à long terme est discutable: Aucun de ces médicaments est supérieure par rapport à l’autre. Ils doivent être pris pendant au moins plusieurs années hors tension et entraîne souvent un gain de poids. On ne sait pas si elles ont un effet positif dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, bien que certains facteurs pourraient réduire le risque cardiovasculaire: l’orlistat et la diminution de la progression du diabète chez les personnes à risque élevé et une diminution de la taille rimonabant et d’améliorer le taux de cholestérol HDL et de triglycérides. D’autres molécules sont actuellement testées comme tesofensine ou liraglutide (agoniste GLP-1: glucagon-like peptide 1).

Physiologie

Le choix des indicateurs

Graisses (lipides et d’autres), que les sucres (glucides) sont utilisés pour stocker l’énergie dans le corps. Les glucides fournissent une énergie rapidement disponible, la graisse peut stocker beaucoup d’énergie dans peu d’espace. La graisse est stockée dans des cellules appelées adipocytes ou adipocytes. En cas de stock important, il ya deux situations:

L’indice de masse corporelle

La principale mesure utilisée est l’indice de masse corporelle (IMC). Il prend en compte la morphologie de la personne si elle peut être exceptionnellement biaisé dans le cas des athlètes dont la masse musculaire très importante. Pour les adultes, l’IMC est égal au poids (en kilogrammes) divisé par le carré de la taille de la personne (en mètres): Cela dit, il ne doit pas être confondu avec l’indice de graisse corporelle IMC, il ne mesure pas la proportionnalité entre la taille et le poids, mais simplement la teneur en graisse et les muscles dans le corps de l’individu. Il peut être calculé en utilisant une impédance échelle spécifique ou par un calcul assez complexe basé sur le diamètre des bras, des avant-bras, les cuisses, les fesses et les hanches. Un taux normal de graisse se situe entre 17 et 22%. Toutefois, l’IMC a une variation significative à l’échelle mondiale. La norme IMC est fondé principalement sur une population de type européen. Cet indice n’est pas applicable à d’autres types de population. Asiatiques, Africains ou des îles du Pacifique ont un indice de masse corporelle différents de ceux des populations européennes.

D’autres marqueurs

Il ya aussi d’autres indicateurs de surpoids: le rapport taille / hanche. Il doit être inférieur à 1 chez les hommes et 0,85 de diamètre femme.Le du cou (ou lanière de cou) peut donner une indication fiable de l’IMC anormalement élevé chez les enfants de plus de 8 ans. Il est également associé à l’apnée obstructive du sommeil, le diabète et l’hypertension chez les adultes. La masse grasse se répartit différemment chez les hommes et les femmes. Il représente 10-15% du poids corporel des hommes et 20-25% en poids de la femme. Au contraire, il s’accumule dans l’abdomen et du thorax chez l’homme, les hanches et les cuisses des femmes. Ne pas confondre l’obésité et le syndrome métabolique. En fait, d’être touchés par ce syndrome, il doit répondre à trois des facteurs de risque suivants:

Causes

Le processus physiologique

Quand le corps reçoit plus que ce qu’il dépense, il stocke une partie de la contribution, sous forme de graisse dans le tissu adipeux. Toutefois, le métabolisme, très différent en fonction de l’individu joue un rôle important, et certaines personnes seront plus facilement devenir obèses que d’autres facteurs (y compris génétiques).

Liste des affaires

L’obésité est multifactorielle, impliquant la dimension génétique et physiologique (héréditaire). Mais l’explosion récente du nombre de personnes obèses est principalement attribuable à plusieurs facteurs liés au mode de vie:

Causes alimentaires

En ce qui concerne la nourriture, la quantité de sucre consommée n’est pas le seul critère, la qualité (indice glycémique de sucre, par rapport à l’ensemble raffiné) jouent beaucoup, de sorte que la graisse n’est pas le seul critère, leur qualité joue également un rôle: les huiles sont pressées à froid, par exemple beaucoup plus favorables que les huiles raffinées (extrait par temps chaud, ce qui élimine une grande partie des apports bénéfiques, y compris les anti-oxydants et / ou de solvants) et plus favorable que les graisses saturées. Les plans, mais peuvent parfois paradoxalement contribuer à l’obésité. En effet, une mauvaise alimentation (pauvre en protéines et trop restrictifs) favorisent la perte de la masse musculaire, qui est directement liée au métabolisme. Après ces mauvais régimes, il ralentit le métabolisme de récupération et accélérée du poids. Ces mauvaises habitudes alimentaires sont insuffisantes, l’apport en protéines principalement.

Les facteurs héréditaires

La contribution de l’hérédité est progressivement mieux connus. 6 ou 7 gènes sont impliqués dans les formes monogéniques (dues à un seul gène) de l’obésité. Une vingtaine d’autres – à peu d’effet – ou la cause de l’obésité due à faciliter l’action conjointe de plusieurs gènes. Mais même cela ne fonctionne pas tous les mécanismes, ni de l’héritabilité associés à cette maladie. Tous ces gènes codent pour des protéines exprimées dans le cerveau (l’hypothalamus ou dans les neurones qui régulent l’appétit).

Les autres causes

Conséquences

risque physique

La mortalité augmente lorsque l’IMC dépasse 25 kg / m² et l’espérance de vie diminue d’autant plus que cet indice est élevé. Le niveau optimal est un indice compris entre 22,5 et 25 kg / m². Dessous de ce seuil, la mortalité pourrait s’accroître considérablement. En 1992, l’obésité a été estimée à cause 55.000 décès en France, principalement la maladie cardiovasculaire et de diabète. En outre, en raison de complications du diabète, l’obésité est la principale cause de cécité avant 65 ans en France, et la première cause d’amputation. Cet excès de mortalité se retrouve chez tous les âges, d’origines ethniques ou de genre.

Psychologiques et des risques sociaux

Risques psychologiques

L’obésité peut mener à la dépression, malaise, complexes, inhibition, rejet de son corps et sa personne.

Des risques sociaux

Les obèses souffre de sa condition de sa vie amoureuse. Selon une étude présentée à la Conférence internationale sur l’obésité à Amsterdam en 2009, ‘Les hommes obèses et 18 ont été près de 50% moins susceptibles d’être mariés à l’âge de 30 ou 40 ans.’.

Conséquences pour la société

Le coût économique

Selon un rapport de l’Organisation internationale du Travail, «Des études ont montré que le risque d’absentéisme est deux fois plus élevé chez les travailleurs obèses que chez les travailleurs en bonne santé. L’obésité représente 7.2 pour cent des dépenses totales de santé dans les pays industrialisés. Aux États-Unis, nous estimer le coût causé par l’obésité à 99,2 milliards de dollars .. ‘ Etats-Unis, les frais médicaux d’une personne obèse en 2008 étaient de 36% plus élevé que les personnes de poids normal. Dans le même pays en 2005, près de 16% du budget de la santé serait consacré aux maladies liées à l’obésité.

Un signe de la décadence

Ce thème est particulièrement développée par l’historien britannique Niall Ferguson, qui se réfère aux conclusions du classique historien britannique Edward Gibbon sur le déclin physique des citoyens à la fin de l’Empire romain. Le problème de l’obésité comme un signe de déclin des États-Unis est également mis en évidence par géopolitiques, comme les Français Dominique Moisi mentionne qu’en 2008, l’obésité parmi les signes de déclin aux États-Unis: ‘L’évolution de leur corps, avec le nombre croissant de personnes obèses, manque l’approfondissement de la dette, de l’appétit des soldats américains pour les aventures en plein air sont tous les symboles de ce qui pourrait équivaloir à une baisse. ‘. Les autorités américaines commencent à comprendre les implications stratégiques du problème. Ainsi, le 1er Mars 2006, lors d’une conférence à l’Université de Caroline du Sud, le Surgeon General (responsable fédéral de la santé) des États-Unis, Richard Carmona, comparativement à une obésité »à l’intérieur de terrorisme», y compris les questions concernant l’avenir des Américains: ‘Lorsque nos soldats, marins, aviateurs? Où nos policiers, nos pompiers (…)?’.

OBESITE DE L’ENFANT

L’obésité chez les enfants devraient être gérés tôt pour prévenir la mortalité et la morbidité à l’âge adulte France 8 à 10% des enfants sont obèses Vous devriez savoir que l’obésité infantile prédispose à l’obésité chez les adultes au bout de deux. L’obésité infantile augmente le facteur de risque chez les adultes pour ce qui est la maladie coronarienne (indépendamment du poids à l’âge adulte), l’arthrose ou la mortalité globale. Une étude française (Trousseau, Necker, l’Hôtel-Dieu, Paris) a été démontré que l’obésité sévère chez l’enfant est déjà chan! Tions vasculaires (carotides en particulier) qui montrent une athérosclérose précoce. Conformité (voir notes biographiques) des artères carotides est déprimé, la paroi de la carotide épais. En outre, ces enfants obèses peut-être déjà anormaux au test de tolérance au glucose et souvent une résistance à l’insuline (insuline Voir). D’autre part, plusieurs études américaines ont signalé la présence de diabète de type II chez les enfants et les adolescents. Ce qui était auparavant inconnu. Il est probable que cela est lié à l’obésité et la crainte est l’apparition de complications graves avant l’âge de trente ans dans les années à venir (infarctus du myocarde, la cécité, les amputations liées au diabète artérite qui peut générer). L’obésité des sons sur le psychisme de l’enfant: agressivité, dépression, mauvaise image de soi. La gestion de l’obésité infantile devrait se concentrer sur la structure des repas et pas uniquement sur la restriction calorique, en respectant autant que possible un avant-goût de l’enfant, et être adapté à la croissance et l’activité physique devrait être encouragée, au moins deux fois par semaine en dehors des l’école. Parfois, la thérapie comportementale est nécessaire. Le petit déjeuner doit rester une étape clé dans l’alimentation car elle sert à maintenir l’attention de l’enfant pendant toute la matinée. Le repas principal devrait inclure plus de légumes cuits et crus. SIROPS et de la limonade seront interdits (Coca-Cola, Schweppes, etc …). Ces calories sont les pièges cachés. En buvant un litre de boisson gazeuse par jour l’enfant prend 20 grammes de gras par jour, ou 140 grammes par semaine et plus de 7 livres par an.! Il faut savoir que jus de fruits ‘Purjus sans sucre ajouté» l’producteurn a le droit d’ajouter jusqu’à 13 grammes de sucre par litre, sans enfreindre la loi. ENFANT EST DE L’EAU POTABLE. Certes, des facteurs génétiques entrent en jeu dans l’obésité infantile. Le fait demeure que les dépenses d’énergie signalées dans la graisse du corps est de 40% inférieur à celui d’un enfant normal. Par ailleurs, le surpoids dans l’enfance est la source de perturbations des lipides, y compris le cholestérol total élevé et le LDL (mauvais cholestérol), de triglycérides et de HDL (bon cholestérol). Exercice réduit les triglycérides de façon significative qu’après 20 minutes d’activité, parce que pendant les 20 premières minutes de l’organisme ‘brûle’ de glycogène. Il est donc essentiel que cette activité dure au moins 1 heure. Éviter l’inactivité, en particulier les longues heures passées à regarder la télévision, par ailleurs, en faveur d’une bonbons très préjudiciable grignotage. (Voir ENFANT ET TELEVISION) La gestion de l’enfant obèse doit être le résultat de toute la famille à changer les habitudes alimentaires nuisibles, ce qui empêchera de poids subséquente retrouver. Suivi de la courbe de l’indice de masse corporelle (qv) devrait permettre de détecter l’obésité naissante et mettre en œuvre une prévention efficace. Enfin, l’école est le lieu de passage obligé pour parvenir à une politique de prévention de l’obésité infantile. Nous devons enseigner les principes d’une alimentation équilibrée et la pratique, à la cantine en particulier. Facteurs de risques externes – Les enfants dont les parents sont obèses sont plus susceptibles de devenir obèses à l’âge adulte. – Retard de croissance in utero (avant la naissance) est un facteur de risque de surpoids à l’âge prépurbertaire et la puberté. – La qualité de l’éducation parent-enfant dans la période de la nourriture, surtout quand la diversification est importante. Si l’introduction de nouveaux aliments est conflictuelle, il peut induire des troubles de l’alimentation plus tard. Nous devons donner à l’enfant le temps de s’adapter à un nouvel aliment et n’hésitez pas à présenter de 10 à 15 fois avant qu’il ne soit accepté. Ce conflit peut être la cause de l’obésité à l’adolescence. – Il semble que la puberté précoce est parfois la cause de l’obésité. Il faut donc surveiller le nourrisson qui survient la puberté entre 9 et 11, strictement

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles