L’étiquetage des produits alimentaires : Date limite de péremption

> > L’étiquetage des produits alimentaires : Date limite de péremption ; écrit le: 20 février 2012 par azza

Les industriels, responsables juridiquement de la qualité sanitaire et organoleptique (saveur, arome, couleur, odeur, texture) d’une denrée alimentaire, mentionnent obligatoirement une date limite de péremption. C’est la date jusqu’a laquelle le produit conserve toutes ses propriétés. Au-dela, le fabricant ne garantit plus leur maintien.

Cette date limite de péremption peut prendre des formes un peu différentes selon le type de produit.

Pour les denrées périssables, dont la durée de conservation est inferieure a 6 semaines, on parle de date limite de consommation (DLC), mention nutritionnelle accompagnée des conditions de conservation. La dlc dépassée, le fabricant n’est plus responsable des conséquences gustatives et sanitaires. Choisir de manger un aliment moisi ou périme comporte un risque d’intoxication alimentaire ou de toxi-infection alimentaire .

.

.

Pour les produits non périssables, ayant une durée de conservation supérieure a 6 semaines, a 1 exception des semi-conserves et des produits pasteurises (anchois, moules, crevettes…), c’est la date limite d utilisation optimale (DLUO) qui s’applique. Elle est indiquée en ces termes : « a consommer de préférence avant ». Au-dela de cette dluo, le risque de toxi-infection alimentaire est nul, mais la conservation des caractéristiques originelles n’est plus garantie : un yaourt, par exemple, est plus acide et plus liquide. Sont concernés d’autres produits laitiers comme les fromages, les produits fermentes, qui contiennent déjà les bactéries nécessaires a leur élaboration, et le lait, qui conserve les allégations fonctionnelles uht ou pasteurisées. En restauration collective, il est interdit de dépasser la DLUO.

Bref, plus besoin de gouter pour connaitre l’état sanitaire et gustatif du produit, il suffit de savoir lire !

.

.

← Article précédent: La cellulite : Les points forts à retenir Article suivant: Etude clinique de l’invagination intestinale aiguë


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles