Classification de la douleur

On peut classer la douleur selon le mécanisme qui déclenche la douleur :

La douleur due à une agression extérieur

elle affecte la périphérie c-à-d. la peau :

  • Brûlure
  • Coup de marteau sur les doigts

La douleur due à une lésion interne

  • Migraine
  • Cancer
  • Rhumatisme

Deux autres types de douleur sont moins connus:

Les douleurs aberrantes

appelées aussi douleur de désafférentation(absence de stimulation) qui surviennent après une lésion ou altération locale du nerf ou d’un réseau de nerf qui apparaît longtemps après une lésion.

douleurs imaginaires

c.à.d. que les douleurs ne sont pas réelles, elles sont créées par le psychisme et on ne les retrouve pas dans une lésion causale.

La douleur peut aussi se catégoriser en utilisant les informations apportées par la neurophysiologie:

douleurs par excès de nociception

dues à des lésions des tissus périphériques provoquant un excès d’influx douloureux dans le système nerveux, il y a une stimulation excessive des nocicepteurs périphériques.

Correspond aux douleurs habituelles des brûlures, des traumatismes, des suites d’une opération et d’un grand nombre de maladies, entrainant soit des douleurs aiguës (pathologies postopératoire, traumatique, infectieuse, dégénérative), soit des douleurs chroniques (pathologies lésionnelles persistantes plus ou moins évolutives),

douleurs neurogènes

dues à des lésions du système nerveux en amont des nocicepteurs périphériques, que ce soit au niveau périphérique (exemple : section d’un nerf, zona, neuropathie diabétique) ou central (exemple : traumatisme médullaire, infarctus cérébral).

Ces douleurs peuvent se manifester en l’absence de tout stimulus, spontanément, elles sont alors permanentes, ou par un stimulus normalement non douloureux ou peu douloureux mais perçu de façon exagérée.

Dans tous les cas ce sont des douleurs très invalidantes, qui s’accompagnent lorsqu’elles sont chroniques, d’une anxiété et d’un fond dépressif,

douleurs psychogènes

regroupent toutes les douleurs que l’on ne sait pas classer dans une des deux catégories précédentes. Ce sont des douleurs sans lésions apparentes, malgré un bilan médical approfondi.

Il semble probable que des phénomènes psychiques amplifient cette sensation douloureuse. Ses douleurs méritent la même attention que les autres types de douleurs.

On peut aussi classer aussi la douleur selon son profil évolutif :

La douleur aiguë

c’est un symptôme, une sensation déclenchée par le système nerveux pour alerter l’ensemble de l’organisme et évoluant depuis moins de trois mois,

La douleur chronique

au delà de trois à six mois, la douleur persistante et rebelle aux traitements usuels est dite chronique.

Signes de la douleur

douleur aiguë

  • Augmentation du rythme cardiaque
  • Augmentation du débit sanguin
  • Augmentation de la tension artérielle
  • Augmentation de la fréquence respiratoire
  • Dilatation pupillaire
  • Hypersudation
  • Augmentation du tonus musculaire
  • Comportement de fuite
  • Etat d’angoisse
  • Tremblements

douleur chronique

  • Apparition de signes chroniques
  • Troubles de l’appétit
  • Constipation/Irritabilité
  • Troubles du sommeil/ Fatigue
  • Ralentissement psychomoteur
  • Altération de l’humeur et de la personnalité
  • Repli social, familial et professionnel
  • Seuil de tolérance douloureuse abaissé
  • Fuite dans la maladie
  • Comportement d’invalidité
  • Symptomatologie dépressive

Leave a Reply

Your email address will not be published.