Quelles politiques préventives ? : L’exemple de la France

1

L’exemple de la France

Dès la fin des années 70, les différents professionnels en périnatalité ont développé des collaborations dans le but de mieux com­prendre le développement de l’enfant et la construction des liens familiaux afin de mettre en place une prévention précoce.

En 1986, le groupe « Périnatalité » de l’AFREE s’engage dans une politique de formation interdisciplinaire en s’appuyant sur le témoignage de parents et de professionnels. Le ministère de la Santé soutient une action nationale pour la formation de Forma­teurs à l’«approche médico-psychologique de la périnatalité». Des programmes de formation s’ouvrent sur le plan européen et promeu­vent le travail en réseau.

En 2005-2007, le «Plan périnatalité» marque un tournant significatif en plaçant comme préoccupation majeure la sécurité émotionnelle des femmes enceintes. Il organise une «Préparation à la naissance et à la parentalité» (PNP) sur la base d’un document de recommandations professionnelles édité par la Haute Autorité de Santé et destiné à tous les professionnels de la santé impliqués en périnatalité. Ce document constate que «La sécurité émotionnelle des femmes enceintes et des couples ne fait pas l’objet d’une atten­tion suffisante, d’après les usagers du système de soins et certains professionnels. Plus largement, les vulnérabilités personnelles et familiales sont de nature à perturber l’instauration du lien attendu entre les parents et l’enfant. » II recommande une approche plus humaniste de la naissance qui favorise la participation active de la femme et du couple dans leur projet de naissance. Cette approche prend en compte les désirs, les émotions, les perceptions de chaque couple ainsi que son contexte de vie et son environnement. Elle contribue à renforcer l’estime de soi, le sens critique, la capacité de prise de décision de la femme et du couple.

La PNP débute par un entretien individuel ou en couple qui est proposé systématiquement autour du 4e mois de grossesse. L’objectif est de préparer les couples à la naissance et à l’accueil d l’enfant au moyen de séances éducatives adaptées et de repérer le situations de vulnérabilité en prévention des troubles de la relation parents-enfant. Cet entretien permet d’évoquer les questions ma ou peu abordées avec la future mère lors des examens médicaux prénataux, de prévenir les troubles du développement psychoaffec­tif de l’enfant, voire la maltraitance.

Le second axe du plan périnatalité préconise la généralisation des collaborations médico-psychologiques. La personnalisation ce l’accompagnement, la mise en place de dispositifs précoces et leu. » poursuite impliquent une continuité de la démarche de soins et une meilleure coordination par un travail en réseau, quels que soient discipline et le mode d’exercice. Cette démarche permet la commu­nication d’informations concernant les différents facteurs de risque les comportements à risque, les possibilités offertes par le systèmes de santé, le développement des compétences parentales et personnelles. L’évaluation permet d’ajuster de manière personnalisée i suivi en fonction des besoins.

En France, l’assurance-maladie prend en charge la totalité ces coûts de huit séances de PNP pour les femmes affiliées à un organisme d’assurance-maladie. Ces séances doivent être effectuées avant la naissance.

Vidéo: Quelles politiques préventives ? : L’exemple de la France

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Quelles politiques préventives ? : L’exemple de la France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *