Le myrte Myrtus communis : propriétés médicinales

Le myrte Myrtus communis : propriétés médicinales

Le myrte Myrtus communis

Nom commun français : Myrte commun/ Famille botanique: Myrtacées/ Nom anglais : Myrtle/ Nom vernaculaire arabe: « Rayhan, mersin, as ».

Description de la plante :

Le myrte commun est un arbrisseau touffu, de 1 à 3 mm de hauteur, toujours vert et à rameaux rougeâtres. Les feuilles sont aromatiques, persistantes coriaces, opposées rarement verticillées, à limbe oblong de 1 à 3 cm de long et 0.5 à 1 cm de large criblé de petites glandes.

Les fleurs, à 5 pétales égaux, sont blanches, solitaires et naissant à l’aisselle de feuilles. Le fruit à saveur âpre et résineuse est assez sucrée et aromatique. C’est une baie ovoïde ou arrondie, d’un noir bleuâtre parfois rouge ou blanche couronnée par des dents persistants du calice.

Principes chimiques :

Les feuilles et les fleurs du myrte commun contiennent environ 0.30% d’huiles essentielles riches en eucalyptol et myrténol et des tanins.Le myrte Myrtus communis propriétés médicinales Le myrte Myrtus communis : propriétés médicinales

Usages traditionnels et thérapeutiques :

Toutes les parties du myrte (feuilles, fleurs, écorce, racines et fruits), possèdent des propriétés médicinales : stomachiques, stimulantes et astringentes. A part qu’il est condimentaire, on les utilise comme remède populaire contre les maladies des organes respiratoires et des voies urinaires.

On les recommande également contre les bronchites partielles, la sinusite, l’otite, la diarrhée, et les hémorroïdes ; L’infusion de 2 g de feuilles dans 1 L d’eau pendant 15 min prise deux fois par jour (2 tasses).

La préparation de poudre de feuilles, consommée à raison de 5 g avant les repas a des effets stomachiques et antiseptiques.

Les fleurs et les fruits en décoction à raison de 25 g/L d’eau est utile contre les affections herpétiques et l’érysipèle.

Les fruits consommés verts ou desséchés fortifient le cœur. Ils sont un remède contre l’ulcère gastrique, l’entérite, la dysenterie et les hémorragies.

La macération des fruits dans de l’eau sucrée ou miellée est employée contre la variole.

En usage externe, les feuilles en décoction, à la dose de 50 g/L d’eau sont utiles en gargarismes désinfectants et aromatiques. La préparation sera utile également en compresse pour les lavages des plaies suppurantes.

La décoction des racines ou de l’écorce est bénéfique pour les diarrhées.

L’huile essentielle des feuilles est un antiseptique des voies respiratoires.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié