/*

La cataracte

Vous êtes ici : Accueil » Ophtalmologie » La cataracte
La cataracte

Qu’est-ce que c’est?

Le cristallin se situe derrière l’iris et il a un rôle optique, puisqu’il fait converger les rayons lumineux pour que l’image se forme nette sur la rétine. Il intervient dans l’accommodation, c’est-à-dire la mise au point.
C’est un organe très particulier du corps humain, car il possède la faculté d’être transparent et qu’il continue à grandir toute la vie !
Le cristallin est doué d’une certaine plasticité et ne contient ni vaisseaux sanguins ni nerfs. Il est exclusivement nourri par diffusion à travers une capsule !
Sa transparence résulte d’un parfait alignement de ses fibres de colla- gène. C’est à ce niveau que se situe la cataracte: quelque chose vient perturber cet alignement.
Ainsi, le cristallin clair perd sa transparence et devient de plus en plus opaque. La cataracte « sénile » est l’équivalent des cheveux blancs.
La cataracte peut être présente dès la naissance sous une forme congénitale ou apparaître après un choc (cataracte traumatique).
En traversant le cristallin opacifié, les rayons lumineux se dispersent, empêchant ainsi l’œil de percevoir une image claire. A mesure que la cataracte évolue, les yeux ont de plus en plus de difficulté à voir net. Il en résulte une baisse de la vision de loin, un jaunissement des couleurs et des éblouissements. Il peut s’installer une myopisation (voir net de près et flou de loin), comme chez ce monsieur de 85 ans qui lit son journal sans lunettes, sa cataracte faisant office de loupe !
La personne vit un peu comme dissimulée derrière un fin rideau : la lumière n’entre plus normalement dans l’œil, créant une impression de pénombre qui n’est pas agréable à vivre.
La cataracte peut être « centrale » : ce patient verra mieux la nuit avec des pupilles dilatées. Si la cataracte est périphérique, il verra mieux le jour avec des pupilles serrées.
La cataracte évoque le blanc de l’œuf, liquide et transparent quand il est cru, mais solide, opaque et blanc une fois cuit — une transformation irréversible.

Comment prévenir la cataracte?

La cataracte étant souvent un effet de l’âge, une bonne hygiène de vie (cf. chapitre V, « Hygiène de vue ») contribue à retarder son apparition.
Les rayons UV, toujours présents dans la lumière du jour, augmentent aussi l’usure du cristallin. Il est fortement conseillé de porter des verres filtrant les UV à l’extérieur.
Les intoxications (alcool, tabac, drogues, corticoïdes et d’autres médicaments) et certaines maladies (diabète) dégradent souvent la transparence et l’état du cristallin.

Conduite à tenir en cas de cataracte:

Une consultation annuelle de surveillance chez l’ophtalmologiste est indispensable pour détecter à temps d’éventuelles complications et d’autres usures (de la rétine par exemple).
L’ophtalmologiste fera le diagnostic et indiquera la conduite à tenir. En homéopathie : CiNERARiA DIO, collyre, 2 gouttes deux fois par jour dans les deux yeux ; RUTA D3, collyre, 1 gouttes deux fois par jour dans les deux yeux ; ARGOUSIER, une cuiller à soupe le matin par voie orale.
Les compléments alimentaires riches en lutéine, antioxydants et oméga 3 pourront être bénéfiques.
Le Qi-gong des yeux propose des « exercices de longévité » très efficaces dans la prévention d’une usure liée à l’âge.
L’eurythmie curative propose également des exercices pour lutter contre le vieillissement et pour stimuler les forces vitales.
L’indication de l’acupuncture s’arrête lorsque les troubles sont profondément organiques, avec modification de la structure du cristallin. Le médecin acupuncteur peut néanmoins tonifier l’énergie vitale. Il considère le patient dans son état global psychologique et physique et il étudie l’œil en relation avec les autres organes.

L’opération de la cataracte:

Les techniques opératoires ont fait d’énormes progrès, mais il existe toujours l’aléa chirurgical. Le chirurgien informera le patient des risques éventuels liés à son cas. Le but de l’opération est de voir mieux ! Selon les règles de l’art, l’ophtalmologiste doit proposer l’opération si l’acuité visuelle chute en dessous de 5/10. Un traitement préopératoire homéopathique, en fonction du « terrain » du patient et prescrit par son homéopathe, peut préparer l’organisme à intervention.
Lorsque la cataracte empêche de voir suffisamment, le patient peut demander une intervention qui consiste à enlever la partie blanche lu du cristallin, tout en laissant la capsule en place. On glisse un implant dans cette capsule pour corriger la valeur optique du cristallin (environ 13 dioptries). On peut comparer cette opération au remplacement d’un oreiller dans sa housse.
Avec cet implant, on peut corriger en partie les erreurs réfractives pré sentes (myopie et hypermétropie, presbytie dans certains cas). Il est très bien supporté, car dans cette capsule le sang est absent, et il n’y a donc- pas de rejet par les globules sanguins.
Cette opération est indolore ; elle peut même se faire sous anesthésie locale par des collyres anesthésiants. Elle dure une dizaine de minutes en moyenne. Le patient reste une demi-journée dans le service d’ophtalmologie. Un traitement postopératoire est prescrit et le patient revoit le chirurgien le lendemain pour un contrôle. L’opération du second œil, si elle est nécessaire, réussit encore mieux quand on laisse passer quelques mois entre les deux interventions. Mais il n’est pas toujours possible d’attendre, lorsque la différence de vue entre les deux yeux est trop importante.

Après l’opération:

Le cristallin naturel absorbe une partie de la lumière bleue, toxique pour l’œil. Après l’opération de la cataracte, l’œil retrouve normalement une meilleure acuité visuelle, mais subit en plus grande proportion l’agression des rayons lumineux (phototraumatismes), d’où l’intérêt de porter des lunettes filtrant les UV et la lumière bleue.
Ces lunettes doivent toujours être portées à l’extérieur et à la lumière du jour dans le but d’éviter révolution vers la dégénérescence de la macula, qui serait plus fréquente après l’opération de la cataracte.
Depuis quelque temps, on utilise des « implants jaunes » qui filtrent les UV et arrêtent la lumière bleue.
Pour protéger la rétine les compléments alimentaires sont indispensables avant et après l’opération.
La vision, si elle n’est pas parfaite, change en général après l’opération de la cataracte. Il faudra modifier en conséquence ses verres correcteurs.
Un bilan ophtalmologique une fois par an est ensuite nécessaire.
Parfois, après un délai plus ou moins long, survient ce que l’on appelle la cataracte « secondaire ». Ce n’est pas le cristallin qui repousse, mais une petite famille de cellules qui s’installe sur l’implant et lui ôte sa transparence. L’acuité visuelle va baisser et l’on traitera facilement par un nettoyage au laser YAG. La cataracte secondaire ne rechute pas une seconde fois.

VIDEOS

Vidéo : La cataracte :

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La cataracte :

http://www.youtube.com/watch?v=rM5IKtzVHxM

One Response to "La cataracte"

  1. claudine  13 octobre 2012 at 12 h 27 min

    ya t- il des exercices pour les yeux en cas de cataracte?

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié