/*

Interventions chirurgicales

Vous êtes ici : Accueil » Homéopathie » Interventions chirurgicales
Interventions chirurgicales

ARTICLE

D’une manière ou d’une autre, une intervention chirurgicale est toujours un événement traumatisant car, par definition, la chirurgie est cette branche de la médecine qui arrive directement a l’endroit malade apres incision des tissus. Comme telle, elle est confiée aux mains de spécialistes auxquels il est demande une longue période de stage et d’etudes apres l’universite.

Le medecin de médecine générale de son cote se limitera a des interventions dites « de petite chirurgie » : sutures de blessures, drainages d’abcès, hémostases d’urgence, etc.

C’est justement parce qu’elle est « traumatisante » et souvent aussi « destructive » que la chirurgie devrait être considérée comme contraire aux principes de homéopathie. Il faut cependant apporter quelques précisions et distinctions afin d’eviter qu’une fois de plus, et toujours a tort, homéopathie soit considérée comme une méthode retrograde et dépassée.

Avant tout, rappelez-vous que le medecin homéopathe est un medecin sorti d’une université et que, comme tel, il dispose de tous les instruments, connaissances et expérience nécessaires pour vous conseiller en toute circonstance sur la décision a prendre la plus utile pour votre sante. Apprenez ensuite a juger de maniere critique ces « spécialistes » qui, par déformation professionnelle, ont une vision incomplète et limitée du cas : il pourrait bien vous arriver de rencontrer un hepatologue qui ne s’occuperait que de vos troubles du foie, un endocrinologue qui n’accuserait que vos hormones, un neurologue qui ne se soucierait que de votre systeme nerveux, un chirurgien dont le seul but serait d’« ouvrir » pour constater de ses propres yeux une condition pathologique, sans tenir compte du reste… ou peut-être meme, mais j’espere que non, un medecin
homeopathe qui voudrait a tout prix vous sauver uniquement avec des remedes homeopathiques !

Et bien, c’est justement a cette vision unilaterale de l’individu malade que, comme vous le savez deja, s’oppose l’homeopathie qui se considere comme la « medecine de l’homme total » ! Mais elle n’est pas pour autant completement hostile a la chirurgie : elle met simplement en garde contre des interventions inconsiderees et preci- pitees. Et ce n’est certes pas la une crainte infondee si Ton songe a la campagne en faveur de 1’ablation des amygdales ou des vegeta¬tions adenoi’des, et a celle, encore plus absurde, plaidee dans certains milieux aux Etats-Unis, pour l’ablation preventive de l’appen- dice.

Les situations qui doivent necessairement etre considerees comme etant du ressort du chirurgien sont les suivantes : lesions suite a des traumatismes et des accidents, hemorragies, occlusions intestinales, perforations des visceres (ulceres, fistules, etc.), appen- dicites menagant de peritonite, obstructions dues a la presence de calculs, hernies ; comme on le voit, ce sont la des situations d’urgence relative ou absolue, qui ne pourraient en aucun cas tirer avantage d’une therapie medicale (homeopathique ou allopathique quelle qu’elle soit). II n’en va pas de meme pour la chirurgie dite d’« election » (ulcere gastroduodenal, appendicite chronique, hemorroi’des, varices, interventions correctives) ou un traitement medical peut etre (toujours selon l’avis du medecin) choisi en premier lieu.

On pourrait objecter que des personnes soignees depuis toujours avec des remedes homeopathiques et qui suivent done les principes de l’homeopathie ne devraient pas arriver dans une salle operatoire, mais si la methode homeopathique pouvait nous donner cette certi-tude, nous aurions trouve la formule magique de la sante et du bien-etre a perpetuite… Ce n’est pas ainsi, malheureusement! Bien sur, la pensee homeopathique fournit plusieurs instruments pour arriver a la conquete de la sante et pour guerir les maladies, mais elle n’est pas toujours simple a suivre de maniere absolue et ainsi, il peut arriver qu’un patient en traitement homeopathique doive subir une intervention chirurgicale. Comment se comporter dans ce cas, et quels remedes employer pour reduire au maximum les risques de l’intervention et ameliorer la periode post-operatoire ? Avant toute chose, il est necessaire de faire une remarque sur l’hospitalisation.

Pour subir une intervention chirurgicale, il faut entrer dans un hopital ou une clinique, ou sont appliquees certaines regies (alimen-tation particuliere, examens, analyses, enquetes et medicaments) auxquelles meme les plus fervents partisans de l’homeopathie ne pourront se soustraire.

Il est evident qu’avant, pendant et apres une intervention chirurgi-cale, vous devrez prendre des preparations pharmacologiques « traditionnelles » a doses elevees mais qui seront indispensables pour une bonne prophylaxie antiseptique et pour conduire a terme de fa?on reguliere l’operation. Ne demandez done pas a votre medecin homeopathe si vous devez « refuser » quelque therapie particuliere.

Passez sereinement la periode d’hospitalisation en faisant confiance aux specialistes que vous avez choisis : cela ne signifie pas que vous devrez interrompre un traitement homeopathique ou, si vous etes oblige de le faire, cela ne durera que pendant la periode de 1’intervention et une partie de la convalescence.

Il vous sera, en revanche, tres utile de vous preparer homeopathi- quement a 1’intervention et d’effectuer ensuite un traitement homeo-pathique « drainant » pour debarrasser l’organisme des rebuts et des substances toxiques accumulees pendant 1’hospitalisation.

Preparation à l’intervention chirurgicale

La preparation sera identique, qu’il s’agisse d’une operation importante ou d’une petite intervention (comme par exemple l’ablation d’un kyste ou 1’extraction d’une dent). Si vous etes en mesure de prevoir l’intervention a temps, au moins huit jours avant, prenez :
•    Gelsemium 9 CH (pre-intervention),
•    Arnica 9 CH (pre-intervention),
une dose, une seule fois. Ces memes remedes devront etre pris egalement un jour avant l’intervention, mais a la 5 CH, en alternant trois granules toutes les trois heures. De plus, le soir, on prendra :
•    Phosphorus triiodatus 4 CH,
•    China 5 CH,
ensemble, trois granules.

Dans les moments qui precedent l’intervention, une certaine emotivite et un peu de nervosite sont tout a fait normales. Si vous etes particulièrement anxieux, le matin du jour precedant l’operation, prenez :
•    Aconitum 9 CH dose, une dose entiere,
et pendant la journee :
•    Gelsemium 5 CH (emotivite),
•    Ignatia 5 CH,

trois granules de chacun de ces deux remedes a repeter jusqu’au soir de l’operation. Bien que nous soyons contre le principe du mélange des remedes, dans ce cas particulier et quand il existe une certaine urgence et aussi parce que l’absorption en est facilitee, tout medecin homeopathe pourra vous conseiller de faire fondre dans un même verre (un demi-verre d’eau minerale non gazeuse) trois granules de chacun des remedes ci-dessus indiques.

Une cuilleree a cafe de cette solution pourra alors etre prise toutes les demi-heures.

Dans son ensemble, ce traitement a pour but de controler l’apprehension qui domine le patient au cours des heures precedant 1’inter- vention et, au moyen des remedes conseilles au debut, de reduire au maximum les risques d’une eventuelle hemorragie operatoire.

Sequelles post-opératoires

Si parfois les symptômes relatifs aux séquelles de certaines interventions chirurgicales peuvent etre prevus de maniere assez precise, dans la plupart des cas ils sont tout a fait imprévisibles. Nous nous occuperons ici des complications les plus « normales » et les plus probables : avant tout, le retard de la cicatrisation et la suppuration de la blessure.

En cas de retard de la cicatrisation, et pour l’eviter, prenez :
•    Calendula 4 CH (cicatrisation difficile),
•    Arnica 4 CH (cicatrisation difficile),
•    Hypericum 4 CH (cicatrisation difficile),

en alternant les trois remedes au cours de la journee (toujours trois granules toutes les deux heures).

Plus tard, si la cicatrice a encore du mal a se refermer, vous pourrez faire des compresses de Calendula TM (une cuilleree a cafe diluee dans un verre d’eau prebouillie).

Si la blessure suppure, on vous prescrira tres probablement des antibiotiques ; a ce traitement antiseptique habituel, ajoutez :
•    Pyrogenium 5 CH (blessures septiques),
cinq granules en une seule fois dans la journee et repetez apres 24 heures. Une heure apres la premiere absorption de Pyrogenium, prenez :
•    Hepar sulfur 5 CH,

cinq granules que vous renouvellerez au bout de deux jours. Entre-temps, n’oubliez pas de prendre Arnica et Hypericum a la 4 CH, comme indique ci-dessus.
II peut aussi arriver que se developpe une tendance a la pro¬duction excessive de tissu cicatrisant ; cela se traduit par la formation d’adherences et, au niveau de la cicatrice, par la production d’un tissu appele « cheloi’de ». Pour prevenir les adherences, prenez :
•    Iris minor 5 CH (adherences).

II sera tres difficile qu’une fois formee, une « cheloide » cicatri- cielle puisse se resorber, mais Ton peut obtenir une bonne prevention avec :
•    Thiosinaminum 5 CH (cheloides),
•    Fluoric acid 5 CH (cheloides),

trois granules deux fois par jour en alternant les deux remedes. D’autres sequelles normales apres une intervention chirurgicale, telles que la douleur post-operatoire et l’agitation physique et mentale, peuvent se manifester immediatement apres l’anesthesie ou dans les
heures qui suivent. Un excellent remede pour la douleur post-operatoire causee par le traumatisme chirurgical et par l’incision de la peau est:
•    Staphysagria 4 CH (douleur),

deux granules toutes les heures, ou moins si les douleurs sont particulierement aigues.
Pour Vagitation physique et mentale, prenez :
•    Arnica 5 CH (agitation),
•    Rhus toxicodendron 5 CH (agitation),
en alternant les remedes.

Apres toute hospitalisation pour une intervention chirurgicale, il sera bon d’effectuer une depuration radicale de l’organisme afin d’eliminer tout produit pharmacologique et toute substance qui pourraient avoir des interferences avec la therapie homeopathique en cours. Pour faciliter ce « drainage », prenez pendant au moins deux ou trois semaines les remedes suivants :
•    Nux vomica 5 CH (depuratifs),
•    Solidago 5 CH (depuratif),

trois granules de l’un a 16 heures et trois de l’autre a 11 heures, tous les jours.

VIDEOS

Vidéo : Interventions chirurgicales

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Interventions chirurgicales

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=2NP_yLbz8F8]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié