/*

Exploration radiologique du foie et de la rate : les lésions focales

Vous êtes ici : Accueil » Gastro-enterologie » Exploration radiologique du foie et de la rate : les lésions focales
Exploration radiologique du foie et de la rate : les lésions focales

 Les lésions parasitaires et infectieuses 

  • Le Kyste Hydatique (KH):

Pathologie très fréquente dans notre pays, le diagnostic repose sur la radiologie complexée par l’immunologie. Les clichés standard et l’échographie sont souvent suffisants dans la plus part des cas ; le scanner est utile dans certains cas difficiles.
ASP + Thorax : peuvent montrer :
- Une déformation de la coupole diaphragmatique si le kyste siège au dôme hépatique
- Des déplacements des clartés digestives : estomac, grêle, colon
- Des calcification : arciformes ou liséré calcifié arrondi
- Des localisations pulmonaires associées
Echographie: 
C’est la meilleure méthode diagnostique. Elle permet de préciser :

  • Le nombre de kystes
  • Leur taille,
  • Leur siège et leurs rapports vasculaires
  • Le type du kyste. En effet, l’évolution naturelle de ce kyste donne à l’examen échographique plusieurs types et plusieurs variétés. Ces aspects sont classés en 5 types selon la classification de Gharbi :
Le type I : Formation liquidienne,pure (transsoneèe) accompagnée d’un renforcement postérieur). Cette formation est univésiculaire et à paroi propre.
Le type II:   Formation liquidienne,siège d’une membrane décollée ; ce décollement peut être ou moins important
Le type III:   Formation liquidienne , Cloisonnée ou multivésiculaire
Le type IV : Formation échogène, d’aspect pseudo-tumoral, de contenu plus ou moins iêërogène (posant des problèmes de diagnostic)
Le type V : Formation‘hyperéchogène, accompagnée d’une ombre acoustique postérieure, en rapport avec la calcification de la paroi du kyste. Cette calcification est le plus souvent arciformé.
L’examen échographique doit rechercher d’autres localisations ; rate, reins, etc …

La tomodensitométrie :
Cet examen est réalisé si l’échographie n’est pas concluante.
Les images sont comparables à l’échographie. Utile surtout dans les typès IV, masse hypodense, hétérogène, non modifiée par l’injection de produit de contraste.

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié