Conseil pour rester mieux : Limiter le soleil

Limiter le soleilLimiter le soleil

Je n’ai pas mis le soleil en tête de liste par hasard. Tous les médecins sont déchaînés contre lui, ils l’ac­cusent de tous les maux. Des rides au cancer, en passant par les taches et le vieillissement généralisè de la peau, le soleil à dose intensive est le pire ennemi de notre visage.

Cet extrait d’un livre « antirides » très complet et précis donne une idée des dangers encourus par celles qui se vautrent pendant des heures sous les rayons de l’été :

« Les ultraviolets sont dangereux… UVA et UVB sont impliqués dans le vieillissement de la peau et la genèse des cancers cutanés. En effet, les UV ont une action directe sur le matériel géné­tique de nos cellules (ADN), ils engendrent la fabrication de radicaux libres qui vont détériorer les membranes des cellules, le collagène et les fibres élastiques du derme. Ces dégâts moléculaires ne sont pas perceptibles à l’œil nu mais s’accumulent au fil des expositions solaires et finissent par induire des modifications visibles de la peau : apparition de taches, de rides, diminution de la tonicité.

Avis aux accros du bronzage, elles dilapident leur capital «jeunesse» sans parler des risques qu’elles font courir à leur santé. Plusieurs dermatologues m’ont demandé d’insister longuement sur les méfaits du soleil car ils sont préoccupés par l’ac­croissement des cancers de la peau . A ce sujet, il paraît que ceux-ci se multiplient en Australie depuis la vogue du surf. Ces torses nus de peau « européenne» ne sont pas armés pour résister, des heures durant, au soleil du continent austral, d’autant que ce sport se pratique dans l’eau et que les crèmes protectrices résistent mal à l’immersion.

Certains médecins poussent même la prévention jusqu’à recommander de ne jamais sortir en plein air sans mettre sur son visage une crème contenant une certaine dose d’écran de protection solaire. Même en hiver ? Oui, même quand l’astre ne semble pas bien méchant ! Même quand il fait gris ? Oui, les rayons traversent les nuages sans qu’on y prenne garde.

Nous voilà tous prévenus, hommes et femmes. Car ces messieurs se soucient encore moins que nous de se protéger dès qu’ils sortent en plein air ; ils n’acceptent, en maugréant, de s’enduire de crème solaire que s’ils s’allongent sur une plage .

Quant aux lampes à bronzer, librement installées dans les cabines d’esthétique, les dermatologues m’ont affirmé que leurs dégâts sont pires que ceux du soleil.

Si une envie de hâle vous prend au sortir de l’hiver, avant de découvrir vos bras et vos jambes ou de vous mettre en maillot de bain, usez et abusez des autobronzants. Ces crèmes, absolument sans danger, luttent très efficacement contre les com­plexes « cachet d’aspirine ». Elles ont fait des progrès considérables ces dernières années, plus faciles à étaler sans traces, elles ont en outre perdu l’odeur désagréable qui rebutait tant d’utilisatrices.

Après avoir écouté toutes ces mises en garde, j’ai mieux compris les touristes japonaises qui, l’été, ne quittent jamais leurs casquettes, chapeaux, visières ou ombrelles. A les regarder de plus près il m’a semblé que les Nippones à cheveux blancs sont moins flétries que leurs homologues européennes !

Vidéo: Conseil pour rester mieux : Limiter le soleil

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur: Conseil pour rester mieux : Limiter le soleil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *